INTÉGRATION RÉGIONALEMAIN COURANTE

RDC-Rwanda : un accord pour faciliter les échanges

Le 9 juin dernier, le vice-Premier ministre congolais, ministre de l’Intérieur, Henri Mova Sakanyi, et le ministre rwandais de la Défense, James Kabarebe, ont signé le procès-verbal sur la démarcation de la frontière commune entre la RDC et le Rwanda ainsi que l’accord portant création et exploitation du poste frontalier à arrêt unique. Les deux pays veulent à la fois fluidifier les échanges transfrontaliers et avoir une meilleure lisibilité sur les mouvements. Et l’exploitation commune du poste frontalier à arrêt géré par une équipe de surveillance mixte en est un gage.

Le Rwanda et la RDC partagent plus de 200 km de frontière dont 60 km terrestres. Et pourtant, les échanges économiques entre les deux pays sont très faibles. Le Rwanda, pays enclavé sans façade maritime notamment sur le golfe de Guinée, dépense deux fois plus à recevoir ses marchandises de la Tanzanie dont l’estuaire se trouve sur l’océan indien. Soit un manque à gagner est chiffré par la CNUCED à plusieurs dizaines de milliards de dollars.

Litige frontalier
Les statistiques des flux de mouvements journaliers estiment entre 60 et 90 mille, seulement, le nombre de personnes traversant chaque jour les deux villes voisines de Gama (RDC) et Gisenyi (Rwanda). Ces personnes s’y rendent pour des échanges commerciaux, le travail de manutention et d’autres activités contractuelles dument conclues. Ce faible niveau des échanges est dû aux relations de méfiance et de tension qu’entretiennent les deux pays.

Le procès-verbal signé par les deux émissaires envisage donc également de mettre fin au différend relatif aux frontières héritées de la colonisation entre les deux Etats. Coïncidant avec la célébration de la journée africaine des frontières, la signature des protocoles entérine aussi la délimitation et la démarcation de la nouvelle frontière.

Les deux Etats devront recevoir dans les prochains jours vingt-deux bornes frontières récemment reconstituées, partant de Goma en RDC jusqu’au Mont Hehu, dans le territoire de Nyiragongo au Rwanda. La réception desdites bornes frontières reconstituées est le fruit de deux ans et permettra d’amenuiser les affrontements récurrents dus à des malentendus au niveau des frontières.

Zacharie Roger Mbarga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *