La RDC et la RCA préoccupent l’ONU

La 75e assemblée générale de l’ONU a été l’occasion de faire le point sur la situation politique et sécuritaire dans plusieurs pays de la sous-région.

Sans que les autres en soient pour autant épargnés, l’ONU, à travers ses missions, s’est dite préoccupée de celle qui prévaut en République démocratique du Congo (RDC) et en République centrafricaine (RCA). Dans les deux cas, la Monusco et la Minusca ont tenu, à cette occasion, à attirer l’attention sur les tensions et affrontements qui résultent de la tenue prochaine, dans ces deux pays de la CEEAC, des élections présidentielles.

Pour ce qui est de la RDC, la représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies a saisi l’opportunité de la visioconférence du 6 octobre dernier avec le Conseil de sécurité pour aborder la question du retrait de la Monusco. À en croire alors Leïla Zerrougui, «de sérieux défis demeurent et il y a manifestement beaucoup de travail à faire pour placer le pays sur la voie de la stabilité et du développement à long terme», a indiqué la responsable onusienne.

Cela, tout en saluant les retombées positives, mais insuffisantes des élections de 2018 et de la passation pacifique du pouvoir qui en a découlé. C’est que pour l’envoyé spécial de l’ONU, il y a «le risque que la politique et le positionnement avant les élections de 2023 deviennent la priorité absolue, à l’exclusion des réformes de gouvernance et des mesures de stabilisation dont le pays a besoin». Et Leïla Zerrougui de conclure que «le régime politique actuel reste fragile et pourrait encore s’effondrer».

En RCA où des élections sont prévues le 27 décembre prochain, l’ONU exige que le calendrier électoral soit respecté et que l’accord de paix soit mis en œuvre. À ce propos, la Minusca ne cesse de déplorer «les obstructions et menaces que certains groupes armés exercent sur les opérations électorales et les appelle à s’engager sans condition et dans les meilleurs délais dans le processus électoral», a rappelé la Mission. C’était le 4 octobre dernier, lors d’une réunion présidée en marge de la 75e assemblée générale de l’ONU, par Faustin Archange Touadéra, le chef de l’État centrafricain. Étaient présents Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’UA, et Gilberto Da Piedade Verissimo, président de la Commission de la CEEAC.

Théodore Ayissi Ayissi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!