Ramadan 2018: La Fondation RYTHM de QNET se déploie à la Briqueterie

Fidèle à ses valeurs de générosité et de solidarité, elle a communié avec les fidèles musulmans à la mosquée centrale de Yaoundé le 12 juin 2018.

« Qu’est-ce que mes trois enfants et moi-même allons manger à la fin du ramadan ?

RYTHM de QNET a bien répondu à cette question à temps !» L’élan lyrique de Sally, renvoie au sac qu’elle a reçu  ce jour. Pour cette musulmane d’origine guinéenne, son contenu témoigne de l’action d’une association caritative qui eu l’idée de distribuer des vivres pour marquer sa solidarité avec des besogneux se faire entendre. « Je leur dit merci et souhaite que cette compagnie arrive à la hauteur de ses ambitions pour le bien-être de tous et en particulier  les personnes les plus vulnérables. Qu’elle en soit félicitée et remerciée », lance joyeusement la trentenaire pour qui, cette fin d’après midi donne un avant-goût de la journée la fête.

« Que celui qui a deux tuniques partage avec celui qui n’en a pas, et que celui qui a de quoi manger fasse de même ». Ce 12 juin 2018, le geste de la Fondation RYTHM de QNET se trouve en proportion avec cette idée. Erika LINDOU, (Promoteur des JEC), désigné il y a quelques mois Agent local de QNET au Cameroun, use du béton des mots, celui qui fait glisser insidieusement la fin du ramadan en période de grande charité. « La Fondation RYTHM, dit-il, a au moins une bonne raison d’accomplir ce geste ici à la mosquée centrale ».

Il précise qu’au contraire des cérémonies officielles, qui ont une nécessité politique ou diplomatique, l’initiative de bienfaisance de ce jour, répond à une obligation : toujours venir en aide aux pauvres et aux nécessiteux indépendamment des religions. « A la Fondation RYTHM de QNET, cela est conçu comme le geste d’une humanité réconciliée. Cette sensation de paix et de gratitude qui vous submerge est précieuse pour nous, et ce mois béni donne un aperçu de ce que nous pouvons être et de ce que pouvons faire… Mère Thérésa disait : à défaut de pouvoir venir en aide à 1000 personnes il faut au moins aider une», ajoute-t-il.

Si ces propos ébranlent le flegme de Mohaman Saminou, l’Imam principal de la mosquée centrale de Yaoundé, c’est qu’ils recèlent une large part de vérité contenue dans le Saint Coran. « La charité est une des œuvres les plus nobles et les plus méritoires. Allah, exalté soit-Il, incite à cette pratique dans son Noble Livre en disant  « Les hommes et les femmes qui font don d’aumônes, et qui ont consenti à Allah un prêt de bonne volonté, seront remboursés au centuple, et ils auront rémunération généreuse. C’est pour dire que la Fondation RYTHM  va récolter au centuple », prédit-il.

Le prélat se félicite de ce que Erika LINDOU et son équipe soient habités par les paroles d’Allah  selon lesquelles la terre et ce qu’elle contient, y compris l’existence de l’homme, sont l’œuvre de Dieu. « Cette œuvre est confiée à l’homme qui, à son tour, est appelé à s’acquitter de sa dette envers Dieu dans la dimension verticale par la prière, et dans la dimension horizontale en prenant soin des pauvres qui sont dans le besoin. L’homme doit accomplir ce qui est juste et redonner ce qu’il a reçu. Et tous les bénéficiaires ici et moi-même pensons que la Fondation RYTHM de QNET a reçu de Dieu et est venu redonner ici à la mosquée centrale ».

Pris dans ce sens, les mots indiquent qu’ici à la mosquée centrale de Yaoundé,  la Fondation RYTHM de QNET  offre métaphoriquement une partie de sa récolte et glorifie ainsi Dieu en lui rendant ce qui, en fait, Lui appartient. Dieu reçoit ce qui lui est dû par l’intermédiaire de l’indigent.

C’est la raison pour laquelle le don qu’elle offre est davantage orienté  vers le bas du spectre des bénéficiaires : les pauvres et les indigents,  devenus les premiers sur la liste confectionnée par Mme Fatimatou Gali, présidente de plusieurs associations  à Ekoudou (Briqueterie). « Nous avons, conformément à la ligne de solidarité de la Fondation RYTHM de QNET, pris les sans-abri, les familles monoparentales en difficulté, les handicapés et les personnes âgées », assume-t-elle.

En effet, pour la Fondation RYTHM de QNET, la solidarité a pour objet de compenser des inégalités. Elle répond à un besoin de justice, et s’appuie sur un geste d’amour, de cœur. De ce fait, elle devrait apporter inconditionnellement trois  dimensions essentielles à chaque individu : le logement, la nourriture, les habits.  « Ce jour, nous avons apporté de la nourriture, qui sait ce que nous apporterons la prochaine fois », avance Erika LINDOU.

Selon lui, en dehors du Cameroun, l’institution qu’il coordonne a, pour l’édition 2018 du ramadan, posé le même geste dans tous les pays où opère QNET (Bénin, Togo, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Tanzanie, Algérie, Egypte, Ghana, Niger, Sénégal, Guinée Conakry…). Question d’être en phase avec sa devise: Lève-toi pour aider l’humanité (RYTHM – Raise Yourself To Help Mankind).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *