ENTREPRISEPANORAMA

PROMOTE 2024 : 800 entreprises tiennent le flambeau du business

La grand-messe des rencontres et des partenariats a lieu depuis le 17 février 2024. Occasion pour quelques 800 entreprises de valoriser leur savoir-faire et améliorer leur positionnement dans le microcosme économique.

 

Coupure officielle du ruban par Magellan Omballa, représentant du Mincommerce

En déclarant samedi, 17 février 2024, que «le concept PROMOTE n’est plus à présenter», William Talehc, directeur de ce Salon d’affaires ne pouvait pas mieux choisir son propos. Tant l’affluence grandissante ce week-end à l’esplanade du Palais de congrès de Yaoundé témoigne de l’attrait de cet évènement. Tandis que les exposants s’activent dans les derniers réglages, des visiteurs se bousculent aux portes du site sans prendre garde au fait que l’ouverture officielle au public a lieu ce 19 février. «PROMOTE 2024, c’est environ 800 entreprises réparties dans 12 thématiques clés. On aura environ une soixantaine d’exposants étrangers de 30 pays. On aura 8 pavillons», s’est réjoui Willian Tallec.

Le gouvernement, via son mandataire la Fondation Interprogress, a relevé le défi de l’organisation d’un neuvième Salon international de l’entreprise, de la PME et du partenariat à Yaoundé (PROMOTE). Ledit évènement est placé sous le thème: «secteur privé, évolution et transformation structurelle des économies africaines». Il trouve son fondement dans la volonté du gouvernement d’améliorer le climat des affaires. Afin de capter au mieux des investissements étrangers, tout en transformant le secteur privé au Cameroun. «Mon souhait le plus ardent est de voir cette 9e édition du Salon PROMOTE confirmer l’ambition du Cameroun de voir son économie s’inscrire résolument dans une perspective d’émergence en vue de l’amélioration continue des conditions de vie des entreprises et des populations du Cameroun», a souhaité Magellan Omballa, représentant du ministre du Commerce (Mincommerce) à la cérémonie d’ouverture samedi. Andréas Schweizer, représentant du président de la Fondation Interprogress a ses propres mots pour relever cet objectif. «On veut que les entreprises nationales et internationales, les entreprises africaines et européennes travaillent au même niveau», a-t-il déclaré.

Amélioration
C’est tout dire sur l’intérêt de cette grand-messe bisannuelle. Laquelle permet aux Petites et moyennes entreprises (PME) d’améliorer leur positionnement dans le microcosme économique. Quand on sait notamment qu’environs 15000 PME sont créées chaque année au Cameroun (confère les annuaires statistiques 2021 et 2022 du ministère des Petite et Moyennes entreprises), mais que la durée de vie de ces dernières reste inférieure à cinq ans. La problématique de l’amélioration des conditions d’exercice des sociétés est au centre des actions du gouvernement camerounais. Celui-ci a plusieurs fois été interpelé sur la question par des experts, des partenaires techniques mais aussi le patronat camerounais. Des efforts ont de ce fait été consentis par les décideurs. Au chapitre des réformes adoptées par le gouvernement, l’on compte entre autres, la digitalisation des services douaniers et fiscaux, la réduction des délais pour la création d’une entreprise, des facilités fiscales pour les start-up.
Institutions nationales et internationales, entreprises et représentations diplomatiques y ont aussi pris le train des opportunités. Lesquelles s’articulent autour de neuf jours d’exposition, des rendez-vous d’affaires et réseautage, des forums et conférences de haut niveau, et des missions économiques.

Louise Nsana

Secteur privé/ Cemac 

Le dialogue se poursuit à PROMOTE

Cette ambition justifie la participation de l’institution sous-régionale au 9e Salon international de l’Entreprise, de la PME et du partenariat de Yaoundé.

 

La Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) répond présente au grand rendez-vous d’affaires du Cameroun. Comme elle en a la coutume depuis l’année 2002, l’institution sous-régionale marque sa présence au Salon international de l’entreprise, de la PME et du partenariat de Yaoundé (PROMOTE) par l’ouverture d’un stand pour mieux se rapprocher de ses cibles. Et jamais encore une édition n’avait mieux porté les intérêts de la Communauté que la neuvième en cours à Yaoundé du 17 au 25 février 2024. «L’opportunité d’être ici aujourd’hui à PROMOTE est de pouvoir tisser des contacts un peu plus approfondis avec les opérateurs économiques de la sous-région, avec le secteur privé. Mais surtout de pouvoir dynamiser l’intégration économique, qui est la vocation première de la Commission de la Cemac», a souligné le commissaire Ngabo Seli Mbogo, en charge du département du marché commun, à l’occasion de l’ouverture du Salon.

Cette démarche s’inscrit dans la continuité des échanges ouverts entre les deux parties, depuis la constitution d’un nouveau gouvernement à la Commission de la Cemac en juin 2023. Rencontres au cours desquelles le secteur privé de l’Afrique centrale a su porter sa vision du chantier à mener pour une réelle intégration économique en Afrique centrale. Il s’agit entre autres d’une meilleure représentation du patronat d’Afrique centrale dans les instances de prise de décision afin de mieux porter leurs voix ; ainsi que dans les réunions techniques organisées par la Commission de la Cemac sur des problématiques du secteur privé. Insuffisance des infrastructures régionales de transport et de l’énergie, blocages à la libre-circulation, insécurité dans certains pays et sous financement des PME, figurent dans le lot des défis à relever par la Commission de la Cemac.

Autres cibles
L’attention que porte Ngabo Seli Mbogo aux entrepreneurs de l’Afrique centrale a d’autres cibles: les femmes et les jeunes. Ces derniers sont également les bénéficiaires d’un changement de paradigmes à la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf). Le marché continental se dote d’un protocole sur la participation des femmes et des jeunes au commerce dans ce marché continental commun. Dans le but notamment de libérer le plein capital des concernés, mais aussi de s’assurer qu’ils participent au commerce transfrontalier de manière profitable. «Être ici à PROMOTE nous permettra de toucher du doigt les réalités des femmes et des jeunes entrepreneurs et des start-up de la Cemac. Je crois que l’endroit est tout trouvé pour pouvoir voir ce qui est proposé et comment la commission peut jouer son rôle en essayant de favoriser l’ouverture vers un marché commun de six États à tous ces entrepreneurs. Mais plus encore de développer avec eux une nouvelle relation qui les place au centre de l’action de l’intégration que nous souhaitons pour eux», déclare-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *