Promote 2019: Le technopôle agro-industriel vient confirmer sa vocation

Pour sa participation au Salon, ses équipes misent sur un charme organisationnel permettant, en une occasion, de promouvoir l’image de la structure.

Autour du technopôle, juste de minuscules idées que de nombreuses personnes se font. Le fait met en évidence une méconnaissance inouïe de la véritable vocation de cet espace. Au Cameroun, ce que l’on sait c’est qu’il en existe un, porté vers l’agro-industrie. Il est localisé à Ouassa Babouté, dans la région du Centre. Toutefois, beaucoup semblent tout ignorer de son but dans l’économie nationale.

Pour vulgariser celui-ci, Promote 2019 accueille, le technopôle agro-industriel, en son pavillon Cameroun. Pour cela, il est annoncé une discussion sur le thème « Investir dans l’innovation technologique pour le développement agro-industriel au Cameroun : enjeux et opportunités ». La date de l’événement est fixée au 19 février 2019, à l’hôtel Mont-Febé à Yaoundé. Pour les organisateurs, l’idée est d’apporter des réponses personnalisées et adaptées aux besoins des investisseurs désireux de se lancer dans le secteur.

Toutefois, cet événement ne constitue que le clou d’une série qui s’étale sur les 9 jours de Promote. Le cycle des activités du technopôle agro-industriel, indique-t-on, est représenté par un schéma comprenant trois cercles concentriques : chaque jour, le premier définit les responsabilités économiques élargies, la production de biens et services au maintien des emplois ; le second intègre les normes et valeurs sociales comme l’amélioration des conditions de travail, le respect de l’environnement, l’information des consommateurs ; le troisième place le technopôle au sein de son environnement à travers ses actions. Le tout est de permettre la vulgarisation des actions inscrites dans cette logique depuis sa création.

Aides aux PME
Vu l’espace qu’offre Promote 2019, le technopôle fait d’ores et déjà preuve d’une grande agilité stratégique. Celle-ci, apprend-on, repose sur des objectifs précis : rapprocher la véritable identité du technopôle de son image extérieure et saisir les opportunités de marché. Pour séduire les curieux, un menu digne de ce nom, à même de plaire à tous les goûts, est concocté. Entre autres, l’on évoque une aire géographique où vont converger des instituts de formation, des centres de recherche, des espaces d’incubation, des zones de production en haute technologie, des zones de services aux entreprises et des espaces commerciaux. Le but est de créer une synergie entre développeurs de savoir-faire et entreprises de production industrielle, dans des projets collaboratifs et innovants, et dans un cadre attractif pour les investissements.

Véritables opérateurs du dispositif, le ministère camerounais des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (Minmidt) et la Cellule d’appui à l’ordonnateur du Fonds européen d’investissement (Caon-Fed) sont prêts à accompagner les PME dans leurs objectifs. Il s’agit de : la participation aux appels à projets du programme de recherche et développement ; la veille et la diffusion d’informations ciblées sur les appels à projets ; la réalisation de diagnostics (stratégie, concurrence…) ; l’accompagnement dans le montage et la mise en œuvre de ces projets (recherche de financements, de partenaires…).

Jean-René Meva’a Amougou

Le technopôle agro-industriel en bref

Pays : Cameroun.
Secteur d’activité : Agro-industrie.
Titre du projet : Projet de Parc technologique (Technopôle) agro-industriel.
Zone du projet : Village de Ouassa Babouté par Nkoteng – Région du Centre du Cameroun.
Durée du projet : 05 ans
Coût estimé du projet (S/r études d’ingénierie) : 120 175 000 000 FCFA

Description et phasage du projet
-Aires structurelles du projet (405 ha sur site, 539.389ha hors site):
– Aires de production de matières premières comprenant 24 centres de collecte, 24 centres d’excellence technologique, de dissémination de connaissances et d’information sur les marchés (non incluse dans les 405ha) ;
– Aire de recherche et développement (R&DT) pour la mise au point des produits et services (19ha) comprenant un incubateur, une unité de maintenance avancée et un centre de renforcement de capacités ;
– Aire de production

Filières promues par le technopôle agro-industriel
1er type : Filières agricoles
-Les graines et céréales ;
– Les tubercules et plantains ;
– Les fruits et légumes ;
– Les huiles essentielles et aromates ;
– Les produits carnés et halieutiques ;
– Les laits et dérivés ;
– La transformation du cacao.

2e type : Logistique d’accompagnement
-La chaîne du froid et du conditionnement ;
– Les emballages et matériaux de l’agro-industrie ;
– Les énergies renouvelables ;
– La métrologie agro industrielle ;
– Les sous-produits et équipements de l’agro-industrie.

Charges du secteur privé
-Construction
-Équipement
-Mise en place structure de gestion
-Exploitation

Bénéficiaires
-Agriculteurs petits et moyens;
– PME & PMI ;
– Tissu économique national ;
– Populations nationales.

Avantages du projet
– Des pôles d’attractivité des investisseurs nationaux ;
– Projet réalisé à coût pratiquement nul pour l’État, grâce à des mécanismes particuliers de financement en mode PPP ;
– Très grand impact sur l’aménagement et le développement du territoire.

Rentabilité et impact du projet
Orientations de la contribution de l’État (49.123millionsFCFA, soit 40,8 %) :
– Connectivité extérieure du technopôle et divers aménagements:
– Élargissement de la Nationale N° 1 en une autoroute (enjeu non budgétisé)
-Aménagement des routes des différentes zones d’approvisionnement
-Adaptation de la connexion au chemin de fer
-Alimentation du site en divers réseaux (eau, électricité, télécom)
-Marketing, visibilité, attractivité et mise en place de toutes les facilitations (guichet unique)
-Conduite du partenariat PPP
-Mise en place des aspects financiers et techniques du centre de recherche
-Sécurisation du site

Retombées du projet
Sur le plan social :
– Réduction significative de l’exode rural ;
– Génération d’environ 800 000 emplois stables en 4 ans, aussi bien en zones rurales qu’en milieu urbain.

Sur le plan économique :
– Le technopôle doit transformer 800 000 tonnes de matières premières agricoles en 4 ans, plus 2 000 000 après 10 ans ;
– La production de matières premières avec un délai de récupération de 3 ans ;
– Le transfert de technologies et de savoir-faire concurrentiels ;
– Inversion et amélioration de la balance commerciale en moins de cinq ans ;
– Amélioration et accélération de la croissance ;
– Un tissu industriel qui s’appuie désormais sur l’innovation ;
– Une économie tournée de plus en plus vers le savoir et le savoir-faire local ;
– Des matières premières transformées localement en très haute technologie ;
– Un élargissement de l’assiette fiscale.

Sur le plan technologique :
– Le technopôle réalisera un rapprochement entre les structures de formation-recherche et celles de la production industrielle en haute technologie ;
– Les bénéfices sur les emplois jeunes et le label
Made in Cameroon sont énormes;
– Le technopôle attire les meilleures technologies du monde ;
– Les produits fabriqués conquièrent des marchés jusque-là inaccessibles et l’économie se porte mieux.
Sur le plan du développement urbain :
– Naissance des villes intelligentes (Smart Cities), agréables à vivre.

 

Intégration, au cœur de Promote 2017

Du 16 au 24 février 2019, dans son stand, votre hebdomadaire ambitionne de mieux se faire découvrir.

Tout est mesuré, pensé ! Depuis de longs mois, le staff du journal est dans le registre des grandes énergies. Chaque jour, les angles de la présence annoncée d’Intégration à la 7e édition du Salon international de l’entreprise, de la PME et du Partenariat de Yaoundé (Promote 2019) font l’objet d’un arrangement méticuleusement choisi. Construite sur fond d’offensive vers le grand public, cette présence vise à conquérir la grandeur de l’entreprise de presse, en explorant toutes les possibilités, en enveloppant l’infiniment grand dans l’infiniment petit. Bien sûr, cette vision du personnel a un viatique : dans ses différentes déclinaisons, le journal doit tracer son propre chemin, y compris à l’égard des autres parutions. Et les ingrédients sont là. À Promote 2019, Intégration se met en vitrine en lançant officiellement de nouveaux espaces : club des lecteurs, newsletter, plateformes numériques (Twitter, Facebook, …). Avec ses lecteurs, « la Tribune des Communautés » envisage de faire le point, c’est le cas de le dire, comme on peut le faire à mi-vie. L’enjeu, c’est de montrer que le journal est resté tel qu’en lui-même : l’éternité l’a figé et l’actualité l’a changé, toujours dans la vérité, la raison, le respect, le non-conformisme et le doute méthodique.

En tant que terrain des affaires, Promote 2019 constitue pour l’organe de presse créée en 2008, l’occasion de s’« offrir » aux annonceurs. Pendant 9 jours, mécènes et partenaires (anciens et nouveaux) peuvent «assaillir» les différents espaces de diffusion prévus à cet effet. Dans le pipe, un hors-série. Projet éditorial à la fois ambitieux et novateur, le document est confectionné sous l’aiguillon d’un enjeu. Il entend prolonger la présence des PME à Promote 2019. Des spécificités particulières au niveau de la structure de prix et du ratio publicité/contenu sont d’ailleurs prévues à cet effet.

 

Jean René Meva’a Amougou 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *