Programme «Yaoundé cœur de ville»: Yaoundé entre en chantier

Reconfiguration légère de plusieurs carrefours, révision du plan de circulation, reconfiguration légère de plusieurs carrefours, sont quelques ouvrages attendus au cours des prochains mois.

L’Etat du Cameroun va rétrocéder à la Communauté urbaine de Yaoundé une somme de 43,2 milliards de FCFA pour l’implémentation du programme dénommé «Yaoundé cœur de ville». Lequel prévoir une série de travaux d’aménagement dont la finalité porte sur l’amélioration de la circulation dans la capitale. On y compte l’amélioration des accès au Mont Messa en vue de leur aménagement en espaces de loisir, la reconfiguration de carrefours (Mvan, Elig Effa, Elig Edzoa) l’aménagement de cheminements piétons dans plusieurs zones de la ville et des accès à plusieurs établissements scolaires, l’aménagement léger de certaines têtes de ligne du réseau de transport artisanal (minibus, taxis, motos) et  la révision du plan de circulation, la construction de deux gares routières.

Ce sont précisément la réalisation d’un passage souterrain à gabarit réduit au carrefour Elig Effa, la démolition et la reconstruction de la gare routière de Yaoundé Ouest ; le réaménagement de l’actuel Carrefour Mvan en carrefour à feu ; la réalisation d’un passage supérieur en poutrelles enrobées à deux travers à Elig Edzoa ; entre autres.

Inscrit dans le 3ème C2D et mis en œuvre par le ministère de l’Habitat et du Développement urbain les activités liées au programme «Yaoundé Cœur de ville» sont attendues cette année pour une durée de trente mois hors période de garantie. Pour en garantir la réussite, la Communauté urbaine a lancé le 26 août un appel à manifestation d’intérêt pour le recrutement de bureaux d’études en vue du contrôle des travaux. Les Structures ou groupements retenus devront assister le maitre d’ouvrages lors des opérations de réception, assurer la direction de l’exécution des contrats et le pilotage et la coordination des chantiers, assurer l’examen de la conformité au projet et visa des études menées par les entreprises en charge des travaux du plan de gestion environnemental et social du projet.

Louise Nsana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *