Prix des boisons : Une concertation en vue

Annoncée pour ce 6 mars 2019, elle servira à aplanir les divergences entre le gouvernement et les syndicats des exploitants de débits de boissons. 

L’actu des produits brassicoles au Cameroun n’est pas bonne. Les consommateurs sont en colère contre les exploitants de débits de boissons. Ils décrivant un décorum où les derniers ont le dernier mot sur les prix. «Il s’agit d’une situation qui préoccupe les pouvoirs publics», affirme une source au ministère du Commerce. Sous les auspices de cette institution gouvernementale, une réunion de concertation devrait se tenir ce 6 mars 2019 à Yaoundé.

Ladite réunion, révèlent d’autres sources, verra la participation des responsables de plusieurs administrations (Premier ministère, Finances, Industrie et Développement technologique, Transports et Sureté nationale) et les Syndicats des distributeurs des produits brassicoles ainsi que les associations de défense des droits des consommateurs,. Tout ce beau monde, apprend-on, est appelé pour trouver un terrain d’entente sur les mécanismes d’application de la loi de finances 2019.

SABC fait mousser les prix
L’on se souvient que ladite loi a élargi le champ d’application du droit d’accises spécifique aux boissons gazeuses, sodas et autres boissons sucrées importés (2,5 francs CFA/Cl). Elle a réduit de moitié l’abattement de la base d’imposition au droit d’accise des bières tirant un degré d’alcool inférieur ou égal à 5,5% pour le fixer à 10%. C’est la réduction de cet abattement fiscal qui amène les brasseurs à procéder à un changement.

Et depuis le 1er mars dernier, la Société anonyme des brasseries du Cameroun (SABC) a décidé de faire mousser les prix.
Dans un communiqué de presse que signe Emmanuel de Tailly, le directeur général, il est clairement souligné que la SABC et les autres membres de la Cameroon Alcohol Producers Assopciation, soucieux de préserver leur modèle économique et sociétal, ne sont en effet plus en mesure d’absorber une charge fiscale supplémentaire face aux enjeux sécuritaires, de commerce illicites, et face à une pression fiscale qu’ils jugent, déjà depuis quelques temps, excessive.

Selon la nouvelle grille tarifaire publiée par le géant brassicole, ceux-ci sont désormais majorés de 25, 50 et 100 francs CFA selon le type de produits. L’augmentation touche les bières, les alcools mix, les boissons gazeuses, énergisantes et maltées. Seuls sont épargnés les eaux; les canettes (33 Cl) et les PET (35 Cl) XXL; la gamme de 65 Cl de Djino, Orangina, Vimto ; tous les produits et format de la gamme Top et Coke, les Booster Rhum Ginger, la gamme Beaufort, la Pelforth et Magnan (65 Cl).

Jean-René Meva’a Amougou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *