Pr Étienne Dassi : Le roi de la grammaire française est mort, vive le roi!

Depuis l’annonce du décès du chef de département de français de l’Université de Yaoundé I, sa famille universitaire durement éplorée exalte le défunt.

«Nous sommes en deuil, le Pr Dassi nous a quittés!». À elle seule, cette annonce a suffi pour assombrir le ciel du département de Français de l’université de Yaoundé I. C’était le 17 novembre 2019. En cet après-midi, un délégué de niveau 4 se prêtait à l’exercice de l’oiseau de mauvais augure.

Nouvelle choquante
Comme une trainée de poudre, la nouvelle, accompagnée d’un nuage de tristesse, s’est répandue, laissant auprès de ceux qui l’ont connu, consternation et grincements de dents. Les réseaux sociaux étant devenus des moyens d’expression pour tous, plusieurs apprenants en ont envahi les plateformes.

«C’est une bien choquante nouvelle que j’apprends là, mais je souhaiterais quand même savoir dans quelles circonstances ce décès a eu lieu, sans vouloir discréditer qui que ce soit svp», dixit un étudiant dans un groupe WhatsApp des étudiants de lettres modernes françaises. Celui qui, au départ, se montrait dubitatif, l’est moins, lorsqu’un autre délégué, auxiliaire de l’administration, rajoute: «Vraiment le départ du Pr Étienne Dassi crée un grand vide dans notre département, car il a œuvré de façon inédite; il a achevé sa course, bref c’est la disposition de Dieu, l’on ne peut faire autrement. Que la terre de nos ancêtres lui soit légère. C’est tout le département de Français qui est endeuillé. Les mots me manquent…». Tout est dit et la pluie de pleurs et de condoléances se déchaine.

Sur la plateforme Facebook, l’effervescence est la même. «J’ai le cœur qui pleure et les nerfs qui coulent; grande est ma douleur, pour vous notre ampoule…», déclame celui qui se fait appeler Le Griot. Léon Souba, un étudiant, reste abattu par cette «disparition très tôt du chevronné professeur». Comme eux, plusieurs autres couchent leurs larmes dans les commentaires du réseau social.

Hommage
Du côté de l’institution universitaire de Yaoundé où le professeur d’essaimage de la langue française a officié jusqu’au moment de sa disparition, la douleur se lit sur les visages des uns et des autres. Ce 21 novembre au département de Français, le Pr Atangana Kouna, collaborateur du défunt, ne trouve pas les mots. Quelques étudiants rencontrés sur les lieux semblent unanimes: «le Père-là n’aurait pas dû mourir aussi tôt», dixit un disciple du disparu. De même avis que son compère, un autre étudiant ajoute: «Il est désormais de notre devoir de lui préparer un bel hommage. Alors, réunissons-nous».

Le «roi de la grammaire»
Directeur fondateur du laboratoire LNOU (Linguistique, Identité, Normativité et Ouverture), Pr Étienne Dassi était docteur de troisième cycle et docteur d’État ès lettres, par ailleurs professeur titulaire des universités en sciences du langage. Il aura su concilier son poste de chef du département de Français de l’université de Yaoundé I, à celui de «père», ami, conseiller, leader et bâtisseur au sein de la communauté universitaire.

Pour avoir appris, compris et transmis des connaissances de la langue française, le promoteur de l’éthique du vivre ensemble aura conquis les cœurs de ses pairs dans le monde entier. Ses savoirs savants sur la dynamique, l’histoire, l’essaimage de la langue française l’ont hissé au trône. On l’appelait donc le roi de la grammaire française, et il restera gravé dans nos mémoires!

 

Joseph Julien Ondoua Owona (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *