Port autonome de Douala (PAD): Le boom du «remake it alive»

Le top management de cette entreprise a, la semaine dernière à Douala, déroulé la palette d’actions visant à redonner vie à l’infrastructure. C’était à la faveur de la visite de prise de contact du ministre des transports au PAD.

Le DG du PAD et son personnel disent la bienvenue au ministre des Transports.

Jean Ernest Masséna Ngalé Bibéhè regagne certainement ses bureaux à Yaoundé avec des émotions positives. La semaine dernière à Douala, où il a visité les institutions placées sous sa tutelle, le ministre des Transports (Mintransports) a pu constater que le PAD constitue un bel exemple pour illustrer l’ambition de faire rayonner de nouveau une infrastructure.

Sous la houlette de Cyrus Ngo’o, le directeur général, l’équipe managériale a, depuis 2016, donné un sens concret à un programme axé vers la modernisation et la performance. Il s’agit, selon le patron du PAD, d’«améliorer la tendance de la dégradation portuaire, le nettoyage des plans d’eau du Wouri, l’enlèvement des épaves et la modernisation du chenal d’accès au Port dont 6,5 km en zone amont et aval du port».

Travaux
Le descriptif global déroulé par Cyrus Ngo’o tient sur plusieurs points. Le patron du PAD parle notamment de l’autonomisation du dragage des plans d’eau, des pieds de quai et des darses; de la modernisation et du balisage du chenal d’accès au port. Il ajoute que l’on s’est donné les moyens d’atteindre ces objectifs calés autour d’un échéancier précis. De nouveaux équipements de pointe sont annoncés pour redonner vie au site. A en croire Cyrus Ngo’o, au vu de l’état de déliquescence du PAD, l’agenda exige, entre autres, l’acquisition (en cours) d’une drague stationnaire ; à celle-ci viendront s’ajouter d’autres engins nautiques en panne depuis bientôt huit ans.

Toujours dans les priorités, il y a l’autonomisation du dragage du chenal du port, avec l’acquisition, d’ici la fin de l’année, d’une drague aspiratrice en marche pour l’entretien permanent du chenal d’accès au port.
D’ci la fin de l’année, un navire multifonctionnel sera livré. Cet engin viendra renforcer le baliseur Nyong, en panne depuis huit ans également. Détruit depuis une quinzaine d’années, le Duc d’Albe pétrolier est en cours de réhabilitation. Dans la même veine, le DG du PAD prévoit la construction d’un centre des affaires maritimes et la construction d’un hôtel des gens de mer.

Coup de pied dans la fourmilière des trafics
Jusqu’à un passé relativement récent, la zone portuaire était un véritable bordel. Malgré la présence des forces de sécurité, de redoutables malfaiteurs s’y refugiaient, surtout dans les épaves, après avoir commis des crimes. Ils y camouflaient des rapines de toutes sortes et les proposaient – la nuit tombée – à des commerçants venus à Douala pour se ravitailler des produits de contrebande. Des articles de grandes marques perdaient ici leur valeur et étaient vendus à vil prix.

Aujourd’hui, les reformes du Directeur Général Cyrus Ngo’o portent des fruits. La mise sur pied d’un système de radar, la constitution d’un corps spécial d’acconage et la construction d’une unité de distribution d’eau potable sont autant de projets urgents qui rassurent la bonne santé et la stabilité du PAD. A long terme, la feuille de route des projets dressée par Cyrus Ngo’o est ambitieuse, tant sur les plans de la stabilité logistique et sécuritaire.

L’onction de la tutelle
S’exprimant ce 22 juin 2018 au cours d’une séance de travail avec le top management du PAD, Jean Ernest Masséna Ngalè Bibehe a dit son satisfecit. «Les pouvoirs publics soutiennent le Directeur du PAD dans la modernisation, la manutention, la sécurisation, le transport et la facilitation des procédures de chargement et de déchargement des marchandises.

Nous sommes heureux à cet effet de toucher du doigt la réduction des coûts et des délais de passage des marchandises au Port Autonome de Douala. La sécurité et la discipline doivent régner dans ce port», a dit le Mintransports. Ouvert sur l’Océan Atlantique, le PAD constitue à n’en point douter le poumon économique de la sous-région. Il est à cet effet un acteur important dans le transport multimodal des marchandises par voie ferrée (sur une distance de 20 km) et le transcamerounais par voie terrestre vers la RCA et le Tchad.

Alain Biyong

 

Forum d’affaires 

Futurallia s’ouvre en novembre prochain à Tunis

Pour la première fois, la capitale tunisienne accueille la 22ème édition de ce rendez-vous économique international.

 

La Tunisie abritera les 14, 15 et 16 novembre 2018, pour la première fois le Forum d’affaires de renommée mondiale Futurallia dans sa 22ème édition à l’Hôtel Laico à Tunis. Futurallia Tunisia 2018, organisé par Conect International en partenariat avec Futurallia, s’adresse aux dirigeants d’entreprises en quête de développement international et repose sur le principe de rendez-vous préprogrammés en face à face.

Futurallia Tunisia 2018, c’est deux jours de forum, plus de 8000 rendez-vous d’affaires qualifiés entre plus de 600 participants attendus d’Afrique, d’Europe, du Maghreb, du Moyen Orient, d’Asie et Amérique, venant de plus de 30 pays ciblés avec la présence de plus de 40 secteurs d’activités et un focus sur les secteurs phares de la Tunisie. On y débattra de l’agroalimentaire, la santé, les TIC, l’enseignement supérieur et les énergies renouvelables.

Pour cette 22ème édition, en partenariat avec Smart Tunisia, Elgazala Technopark et Technopole Sousse, les Start-up innovantes seront mises à l’honneur pour encourager les jeunes entrepreneures à rayonner à l’international.

Futurallia Tunisia 2018 sera une occasion pour promouvoir la Tunisie par la mise en valeur de la culture des affaires, de ses atouts en termes de qualité de vie, d’investissement, de savoir-faire et d’ouverture sur les marchés extérieurs. On parle aussi de la promotion de l’investissement dans ce pays par la création de joint-ventures tuniso-étrangères pour l’Afrique. Parce que Futurallia est un Forum d’affaires de renommée mondiale qui regroupe les dirigeants d’entreprises en quête de développement international.

Jean René Meva’a Amougou

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *