Plaidoyer pour une industrie sécuritaire sous-régionale

Comment placer l’entreprise camerounaise au cœur des enjeux de sécurité du Cameroun et de l’Afrique centrale. Telle est la problématique abordée par le premier salon international de la sureté et de la sécurité en Afrique centrale.

Firmin Ngrebaba

L’organisateur, Will & Brothers, a essentiellement fait la promotion de l’intelligence artificielle. C’est un nouvel atout technologique pour mettre la sous-région à l’abri des nœuds de feu, qui obligent un déploiement parfois risqué. Pour y arriver, l’organisateur a interpellé l’État camerounais et ses partenaires, à mieux considérer la contribution de l’entreprise nationale. Pour montrer leurs capacités, les entrepreneurs ont exposé sur des drones, des systèmes de surveillance…

Parrainé par le ministère camerounais de la Défense, le salon s’est déroulé du 12 au 15 mars au Palais des Congrès de Yaoundé, sous le thème «la sécurité et la défense au service du développement». Parmi les objectifs stratégiques de la rencontre, il était question, selon William Elong, de «stimuler la création d’une industrie locale de la défense, d’identifier les Startups locales à fort potentiel de défense», «à informer le grand public et les professionnels sur les enjeux modernes et les tendances technologiques en matière de sécurité nationale et de défense (cybersécurité, intelligence artificielle…)», «lutter contre la piraterie maritime dans le golfe de Guinée et les mouvements insurrectionnels en Afrique», «renforcer l’image de marque et l’adhésion du grand public autour des forces de sécurité».

Zacharie Roger Mbarga 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *