OAPI : les contours de l’audit bientôt précisés

Une séance extraordinaire du Conseil d’administration en marge de la session ordinaire prévue ce 10 décembre 2021 à Cotonou, va permettre de préciser les conditions de sa mise en œuvre.

Pour définitivement ramener la sérénité au sein de l’Organisation africaine de la Propriété intellectuelle (OAPI), la tenue d’une session extraordinaire de son Conseil d’administration est sollicitée depuis le 18 octobre dernier par son directeur général, Denis Loukou Bohoussou. La présidente du Conseil d’administration de l’institution panafricaine vient seulement d’y donner suite. Alimatou Shadiya Assouman a informé ce 26 novembre 2021 les administrateurs de l’OAPI de la tenue «d’une séance extraordinaire en marge de la 61ème session ordinaire prévue à Cotonou le 10 décembre 2021».
La ministre de l’Industrie et du Commerce du Benin souligne cependant dans sa correspondance adressée aux administrateurs que «l’ordre du jour va porter sur la mise en œuvre de la décision d’auditer la gestion de l’OAPI sur les trois dernières années». La PCA de l’Organisation continentale précise également avoir pris cette décision «à la suite des échanges eus avec ses homologues du Niger et du Togo». Aucune référence ou mention de l’avis des autres administrateurs n’est faite dans ladite correspondance.

Configuration
La séance extraordinaire du Conseil d’administration de l’Organisation africaine de la Propriété intellectuelle va se tenir en présence du principal mis en cause. Le directeur général actuellement sous le coup d’une suspension a ainsi l’occasion de faire valoir ses arguments selon le souhait des administrateurs de l’OAPI. L’élément nouveau pour Denis Loukou Bohoussou est que sa gestion a récemment fait l’objet d’un audit de la part du Cabinet d’expertise comptable Mazars. «Mazars est un leader international de l’audit, de la fiscalité et du conseil», peut-on lire sur le site Internet officiel de la structure.

Raisons de l’audit
La décision d’auditer l’OAPI est prise le 24 septembre dernier avec le lancement ce jour-là par la PCA d’un avis de recrutement d’un cabinet international d’audit. Cette décision débouche le 14 octobre dernier sur une deuxième décision. Celle portant suspension du directeur général de l’OAPI. Denis Loukou Bohoussou est alors accusé de «refus de faire exécuter la décision d’auditer la gestion de l’Organisation en vue de clarifier les soupçons de mal gouvernance et de malversations financières mettant directement en péril les intérêts de l’Organisation», indique la PCA. Une conclusion contestée par le mis en cause.

Le directeur général précise en effet dans un courrier adressé le 5 octobre dernier à Alimatou Shadiya Assouman, «qu’il ne s’agit pas pour lui de soustraire à un audit, et encore moins de refuser d’exécuter une décision du PCA». À en croire Denis Loukou Bohoussou, il s’évertuait seulement à relever s’agissant de l’avis de recrutement du cabinet d’audit, que «certaines corrections de forme étaient nécessaires avant la publication des TDR, (Termes de référence, Ndlr)».

Théodore Ayissi Ayissi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *