Nouveau Plan directeur d’urbanisme de Yaoundé (PDUY): Lifting à large spectre est au programme

Selon les autorités municipales, c’est au prix de quelques sacrifices que la capitale devrait avoir un profil plus avenant dans une dizaine d’années.

 

À quoi ressemblera Yaoundé en 2035 ? « Une ville branchée et consciente des enjeux environnementaux », c’est la réponse fournie par le nouveau PDUY. Le document qui  sert d’aiguillon à la vision de la Communauté urbaine, présente un modèle urbain répondant au futur mode de vie des habitants de la capitale, en termes d’économie, de mobilité, de logement, d’attente écologique, de loisirs…Globalement, le PDUY annonce  une série de ruptures avec le passé. Aussi, la vision de Yaoundé en 2035 est conditionnée par la résolution de quelques défis urbains, notamment l’habitat et infrastructures à diverses échelles. Son plan est  articulé sur des terrains constructibles séparés par des intersections; l’ordonnancement général des constructions le long de ces voies présentant un front des façades continues, l’harmonisation des couleurs, entre autres.

La capitale camerounaise à cette échéance est dotée d’un système de transport multimodal. Avec la multiplication de gares routières, l’intensification du réseau ferroviaire et la modernisation du transport par bus. «Le scénario de l’audace du PDUY  une hiérarchie des routes qui prend en compte deux niveaux : les routes principales et les routes secondaires», lit-on dans les documents ouverts à la Communauté.

 

Casses

Toute cette ambition est adossée à des opérations de démolition partielle ou totale de 29 quartiers dans le but d’y implanter des constructions nouvelles. Notamment: Mballa 3, 4,5,6 ; Mfandena 2 ; Nlongkak 1 et 2 ; Etoa Meki ; Djoungolo 1,2,3,4 ; Cité verte ; Madagascar ; Mokolo ; Grand Messa ; Ekoudou, Tsinga ; Nkomkana ; Messa Carrière ; Ecole de police ; Nsimeyong 1 ; Obili ; Ngoa-Ekelle 1 ; Nlong Mvolye ; Olezoa ; Ndamvout ; Mvog-Mbi ; Kondengui 1 ; Mimboman 1 ; Etam Bafia ; Nkoldongo 2 ; Emombo ; Nkol-Ebogo ; Quartier Fouda ; Mvog-ada ; Melen ; Nkol-Bikok 1 et 2 ; Elig-Effa ; Oyom-Abang ; Etekak. «En dehors des habitations existantes au moment de l’approbation du présent règlement, tout type d’aménagement ou de construction moderne y est interdit. Tout type d’activité en dehors de celles qui se déroulent au moment de l’approbation du présent règlement y est interdit», préconise le Plan d’orientation.

Vingt-deux autres quartiers périphériques sont ciblés par un projet de création d’une zone d’habitat.  «Le Plan directeur d’urbanisme fixe les grandes orientations. Au moment venu, on fera des études structurelles pour arrêter les actions à mener dans les quartiers conformément aux orientations du Plan directeur», précise Yacinthe Abega, responsable de l’élaboration du Plan d’urbanisme à la Communauté urbaine.

Louise Nsana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *