INTÉGRATION RÉGIONALEMAIN COURANTE

Monnaie: la Beac lance le processus de retrait des billets de la gamme 2002

Dans une circulaire signée le 5 janvier 2024 par le directeur d’exploitation de l’institut d’émission de la monnaie des pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), des orientations sont données aux directeurs nationaux et chefs de centre de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) sur la mise en œuvre du processus de retrait progressif de la circulation des billets de la gamme 2002. À en croire Jean Clary Otoumou, ce processus est effectif depuis le 2 janvier 2024, conformément à une résolution prise lors de la session ordinaire du comité interministériel de l’Union monétaire de l’Afrique centrale du 7 novembre 2022.

Afin de rendre cette mesure effective, le directeur d’exploitation de la Beac prescrit de ne servir que «les billets de la gamme 2020 lors des prélèvements des banques et comptables publics, à compter du 2 janvier 2024; reconnaître et contrôler les billets de 5000, 2000, 1000 et 500 FCFA de la gamme 2002, puis, les transférer à la caisse de destruction après perforation; procéder au tri qualité des billets de 10 000 de la gamme 2002 reçus des versements des banques et comptables publics, puis les transférer dans les caisses dédiées (caisse réserve et caisse de construction)», détaille le document.

Officiellement mises en circulation dans la zone Cemac depuis le 15 décembre 2022 par la banque centrale, les nouvelles coupures de la gamme 2020 doivent progressivement envahir les circuits économiques, d’où cette opération. Il est tout de même à noter que les coupures de 2002 sont toujours admises lors des transactions financières dans la zone Cemac. Car elles seront toujours utilisées par les agents économiques, jusqu’à la survenue de la décision de les démonétiser.

Par exemple, les billets de la gamme 1992, remplacées par celles de la gamme 2002, ne seront démonétisés qu’à partir du 1er juin 2024, soit plus de 30 ans après leur mise en circulation.

Diane Kenfack

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *