Mondial de Football U17 : l’Afrique évalue sa formation

Le mondial de football de la catégorie des 17 ans et moins est certes celui de l’expression des talents. Mais le tournoi permet également aux pays en compétition de mesurer leur infrastructure de formation. Notamment les aspects techniques : système de jeu, disciplines tactiques, concentration, esprit de compétiteur, positionnement, aisance dans le maniement du ballon, intelligence de jeu voire même le caractère.

L’Afrique s’est évaluée lors de la dernière Can de la catégorie remportée par le Cameroun. Mais au Brésil, c’est l’évaluation grandeur nature. Alors que la phase de poule tire à sa fin, on peut faire un premier bilan.

Si la plupart des équipes africaines ont joué de manière décomplexée, certaines ont mis sous le boisseau l’esprit de compétition et le caractère. Le Nigéria, l’Angola et le Sénégal ont réussi leur entame. Fort de son statut de pays le plus titré, le Nigeria a abordé la compétition avec de grandes ambitions. Il a terminé en tête de son groupe au terme de la phase de groupe. Une ambition ressentie chez les autres représentants du continent mais à des degrés divers. Le Cameroun s’est lui-même condamné en échouant devant le moins compliqué. Le Sénégal termine deuxième de sa poule après avoir perdu contre le Japon. Même sort pour l’Angola qui a laissé la première au pays organisateur (Brésil) dans les dernières minutes du match.

Optimiser la formation
Le lien étroit entre qualité de la formation et carrière ou performance en compétition n’est plus à démontrer. Plusieurs obstacles structurels freinent le développement du football des petites catégories au niveau des centres de formation en Afrique. La première remarque en est le manque de niveau voire le manque de compétence de la plupart des entraîneurs qui appliquent le programme d’entraînement. Ceci a tendance à compromettre sévèrement la qualité de la formation chez ces jeunes. La deuxième remarque est le manque de moyens des centres et leur nombre pléthorique. Le manque de moyens et d’infrastructures des clubs sénégalais adéquat pour la formation intégrale. A l’heure actuelle plusieurs centres de formation de foot sont mis en place en Afrique alors qu’ils ne remplissent pas les conditions minimales.

L’arrivée de l’Etat dans la formation à travers des académies et centres nationaux démontrent que c’est une préoccupation d’Etat. Mais les résultats demeurent pour l’instant peu visibles.

De notre point de vue, il serait intéressant que la coupe du monde serve de théâtre à la conclusion des partenariats entre fédération. Notre solution est la signature des partenariats entre centre de formation, afin d’éviter dans un sens l’exode des talents, dans l’autre la mise à niveau intégrale de l’infrastructure africaine de formation des jeunes footballeurs.

Il est clair que le développement du football occidental passe par l’attractivité pour les joueurs africains. De meilleurs africains amélioreront davantage les compétitions.

Continent leader
Après 17 éditions, le Nigeria se présente en effet comme la nation ayant le plus de titres au palmarès. Au total, les Golden Eaglets ont été sacrés champions du monde à 5 reprises. Ils devancent le Brésil (3 titres) ainsi que le Ghana et le Mexique (2 titres). Le dernier titre en date est celui de 2015 remporté au terme d’une finale 100% africaine devant les Aigles du Mali (2-0 avec notamment un but d’un certain Victor Osimhen). A cela, s’ajoutent les Mondiaux gagnés auparavant, précisément en 1985, 1993, 2007 et 2013.

Notons qu’au niveau des sacres par continent, l’Afrique domine, et de loin, avec 7 titres, devant l’Europe (4 titres), l’Amérique du Sud (3 titres), l’Amérique du Nord (2 titres) et l’Asie (1 titre). Bien sûr, les mauvaises langues diront toujours que les sélections africaines n’alignent pas forcément que des joueurs de moins de 17 ans, mais il faut souligner que d’importants efforts ont été réalisés ces dernières années pour lutter contre la fraude sur l’âge.

Zacharie Roger Mbarga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *