Mobile Money : le volume des transactions en hausse de 88,3% en Afrique centrale

 

L’Afrique centrale est la zone qui a adopté le plus tardivement les transactions monétaires via le mobile. Mais elle est en train de combler son gap (voir image).

 

Selon le rapport du GSMA, l’association internationale des opérateurs de mobile, l’Afrique centrale a enregistré des transactions d’un montant de 4 250 milliards de francs CFA entre 2014 et 2016. Les revenus de ces services pour les deux principaux opérateurs téléphoniques au Cameroun, sont un indicateur parlant. Les populations de la principale économie de la Cemac adoptent progressivement la facilité que cela représente de régler ses factures via le mobile, où même de faire des cotisations et transférer de l’argent dans les zones reculées. En Afrique centrale, des problèmes de réglementation et de qualité de services persistent toutefois. Même si la banque centrale (Beac) reconnait l’importance du Mobile Money dans son système de paiement, elle reste prudente quant à un développement sans limite. Dans une correspondance datée du 19 juin 2017, le gouverneur de l’institution qui couvre le Cameroun, le Gabon, le Tchad, la RCA, le Congo et la Guinée équatoriale, a invité les dirigeants des banques en activité dans cet espace communautaire, à «cesser toute opération de transfert de fonds à l’international dans le cadre des activités de monnaie électronique, par le canal de (leurs) partenaires techniques».

 

ZRM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *