PANORAMAPORTRAIT DÉCOUVERTE

Match nul des Lions indomptables : douche froide pour les vendeurs de drapeaux

La reprise des activités de vente est pénible ce 16 janvier 2024. Ils avaient placé leurs espoirs dans la victoire camerounaise pour enfin voir l’explosion des ventes.

Les ventes en berne au carrefour Warda à Yaoundé

Malgré leurs prières, le vœu des vendeurs de drapeaux et autres gadgets n’a pas été exhaussé. Puisque le Cameroun et la Guinée Conakry se sont séparés sur un score de parité (1-1). Or, la victoire du vert-rouge-jaune était la condition sine qua non pour voir les ventes de leurs marchandises exploser.

Moqueries
L’atmosphère est grave au carrefour Warda ce mardi au lendemain du nul de l’équipe de football camerounaise face aux Syli national de Guinée. Félix, vendeur de drapeaux rencontré quelques jours avant, a le visage froncé. Il est l’un de ceux qui ont misé sur la victoire pour faire de bonnes affaires. À cause de ce match nul, rien ne se vend chez lui. Il ne sait pas ce qu’il fera avec le gros stock de drapeaux qu’il a acquis. «Félix tu as mis les organes, pourtant on t’avait bien prévenu», lui lance Ngaba, son collègue qui emprunte à une expression populaire et vulgaire pour le taquiner. Il n’est pas le seul. Les confrères de Félix lui reprochent d’avoir un peu trop «investi sur les Lions». Pourtant, estiment-ils, «ce sont des gens qui déposent quand on les attend. Et surprennent quand on ne les attend pas». C’est l’expression d’une grosse déception. «Moi je ne peux pas mettre autant de moyens sur ces gars», explique Ngaba. Il dit avoir passé la commande mais, n’a encore rien confirmé parce qu’il n’est pas certain du passage glorieux de la sélection nationale du Cameroun en Côte d’Ivoire. La prudence semble avoir porté des fruits. Pour l’instant.
C’est à 12h que Jean Louis débarque. À sa descente du taxi, il est accueilli par les moqueries de ses collègues. Sur son visage, la fatigue se lit. En plus, les traces de cernes sont visibles au niveau de ses yeux. «Comment vais-je faire pour écouler ces drapeaux», s’interroge-t-il tout déçu. Lui aussi essuie les affres de la première sortie peu reluisante des Lions indomptables.

Rendez-vous ajourné
Non loin de là, Hervé Kénné appelle un de ses clients pour savoir si ce dernier va honorer à son rendez-vous comme convenu. Le client remet l’entrevue au lendemain, mardi dans l’après-midi pour acheter trois drapeaux de 1 sur 3 mètres. Il s’agit d’un drapeau camerounais, un ivoirien et un sénégalais. Il espère dégoter la bagatelle somme de 84 000 FCFA. Soit 28 000 FCFA la pièce. Mais à cause du match nul, les espoirs de kénné s’amenuisent. Surtout que la réponse qu’il reçoit n’est pas rassurante. Selon lui, le match nul du Cameroun a un impact négatif sur la ferveur de ce fan inconditionnel des Lions indomptables. «Le monsieur me renvoi déjà à une autre date. Je ne sais pas si j’aurais un client aujourd’hui», se lamente le commerçant.

André Gromyko Balla

 

Vente des gadgets de sport

Les bons comptes des réseaux sociaux

WhatsApp est la plateforme des transactions commerciales pour les équipements sportifs de la CAN.

 

Les Yaoundéens subissent quasiment un harcèlement de la part des commerçants dans les groupes de vente de vêtements en ligne. C’est le constat fait auprès de plusieurs fora sur le réseau social WhatsApp. Cette offensive sur les plateformes digitales ces derniers temps s’explique par la tenue en ce moment d’un évènement majeur, la Coupe d’Afrique des nations (Can TotalEnergies 2023) en Côte d’Ivoire. Ainsi, gadgets de sport en général et ceux liés au football particulièrement remplacent ceux de Noël en promotion pendant les fêtes de fin d’année.
Dans ce contexte, la moindre notification de messages WhatsApp est en fait la présentation de maillots, shorts, t-shirts joggings, etc., aux couleurs des Lions indomptables ou d’une autre équipe de football. Bref, ces outils font actuellement la pluie et le beau temps sur ce réseau social, en lieu et place des messages classiques.
On observe une prédominance des maillots des Lions indomptables. Ceux des anciennes éditions saturent les forums et trouvent preneurs. Rencontrés sur le campus de l’École nationale supérieure Polytechnique de Yaoundé, Édith, Emmanuel et Sandrine, tous étudiants, passent la commande des maillots via un forum WhatsApp. Après l’avoir fait, ils attendent simplement d’être livrés.

Et selon les informations données par les responsables de ces forums, les maillots de l’épopée de 90 sont les plus demandés et les plus achetés. On assiste même aux commentaires sur la toile. Les anciens se racontent et se souviennent du bon vieux temps. «Ce maillots Adidas avec les traits blancs nous a porté chance en 90. Il faut à 99% le promouvoir, il apportera la chance aux Lions indomptables», assure un fan. Les nostalgiques de la grande épopée du début des années 2000, à savoir la Can; les Jeux olympiques, sans oublier la Coupe des Confédérations 2003 en France, mettent aussi en avant les maillots «Puma» de cette époque. Et en particulier dans les groupes WhatsApp. En dehors de ceux des sélections camerounaises, l’on remarque aussi une présentation des maillots ivoiriens et sénégalais surtout. Ceci, apprend-on, est dû à la forte présence des ressortissants de ces deux grandes nations de football au Cameroun.

André Gromyko Balla

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *