PANORAMAPORTRAIT DÉCOUVERTE

Match de la deuxième journée : ces quatre fantastiques de l’Afrique Centrale

Sélectionnés pour représenter leurs pays à la Can TotalEnergies 2023, ils ont réalisé l’exploit de marquer des buts décisifs lors de la deuxième journée de la phase finale de cette compétition. 

 

Lors de la deuxième ou de la troisième journée de groupe, Emilio Nsue, Mabululu, Yoan Wissa, et Charles Castelletto ont fait preuve de bravoure, voire d’exploits que seules quelques personnes ont pu réaliser jusqu’ici. Emilio Nsue, le plus vieux triplé Jeudi dernier, lors de la deuxième jour- née de la phase de groupe de la Can 2023, face à la Guinée Bisau, l’ancien joueur de Majorque, Birmingham ou encore de Middlesbrough a réalisé un triplé. Actuellement âgé de 34 ans et 110 jours, il bat le record du plus vieux joueur à avoir marqué 3 buts lors d’une rencontre. Laquelle s’est soldée sur un score de 4-2. Emilio Nsue s’inscrit ainsi sur la liste des quelques joueurs ayant réalisé un tel exploit au 21e siècle. Emilio Nsue voit le jour le 30 septembre 1989 en Espagne. Avant de jouer pour la Guinée Équatoriale, il défend d’abord les couleurs de l’Espagne dans toutes les catégories jeunes. Sous ces couleurs, il participe d’ailleurs plusieurs fois au Championnat d’Europe. Après avoir intégré le Nzalang Nacional, il lui est confié le brassard de capitaine. Le 22 janvier prochain, le capitaine courage réserve certainement une autre surprise à ses fans. Mabululu, l’espoir en deuxième mi-temps . Désormais, l’Angola toute entière sait qu’elle peut compter sur «Mabululu» pour amener l’équipe le plus loin possible. De son vrai nom, Agostinho Cristóvão Paciência, le joueur angolais est celui qui a redonné le sourire aux supporters le 20 janvier dernier. Ce jour-là, l’attaquant de la sélection nationale angolaise a passé une bonne partie de la rencontre sur le banc de touche. Après une première mi-temps difficile, face à la Mauritanie qui avait déjà inscrit un but, le doute commence à s’installer chez les Palancas Negras qui ne trouvent toujours pas le chemin des filets. Il a fallu que le sociétaire du club égyptien d’Ittihad Alexandrie fasse son entrée à la seconde période pour faire la différence. À la 67e minute, l’Angolais réussit à obtenir et à inscrire le but de l’égalisation. Né le 1er juin 1992 dans la cité de Luanda, l’attaquant n’est pas un bleu de la sélection angolaise. Il a pris part aux éliminatoires de la Coupe du monde de football en 2014. Le 23 janvier prochain, son équipe sera face au Burkina Faso au stade Charles Konan Banny. Sur lui, reposent plusieurs espoirs pour la suite de la compétition. Yoan Wissa, l’égalisateur De tous les Léopards présents le 17 janvier dernier au stade Laurent Pokou, il est celui qui a concrétisé le souhait de la RD Congo. Quatre minutes après l’ouverture du score par l’équipe de football de la Zambie, Yoan Wissa répliqué par un but. Une vraie fierté pour l’équipe qui rêve depuis 50 ans de ramener pour la troisième fois le graal dans son pays. Né à Epinay-sous-Sénart à Paris, il commence à jouer au football très jeune. De Montlhéry (en équipe de jeunes) à Berrichonne de Châteauroux. Dans ce dernier club, il passe deux années de formation avant de devenir professionnel, avec au compteur, 23 matches dont 7 buts lors de la saison 2015-2016 en championnat national. Ensuite, il dépose ses valises à SCO Angers, il sera prêté tour à tour à Laval, puis à l’AC Ajaccio, avant de rejoindre le FC Lorient. Celui qui est connu pour sa faculté à marquer des buts est l’un des espoirs de la RDC lors du match face au Maroc ce 21 janvier prochain.

Jean Charles Castelleto Il n’aime pas tellement que l’on évoque son nom. Pourtant, il a pris l’habitude de poser des actes qu’on n’oublie pas facilement. Le 19 janvier dernier, le défenseur camerounais a sorti ses coéquipiers et son pays tout entier d’une honte certaine qu’allait leur infliger la sélection sénégalaise, en inscrivant le seul but côté camerounais, contre les trois marqués par le Sénégal, à la 83e minute. De père espagnol et de mère camerounaise, Charles Castelletto voit le jour le 26 janvier 1995 à Clamart en France. Très tôt, sa passion pour le football prend le dessus. Il va ainsi passer par toutes les sélections jeunes à l’équipe de France A. Pourtant, le défenseur central n’a pas oublié le Cameroun qu’il a toujours porté dans son cœur. Entre le pays de son père et celui de sa mère, il a clairement fait son choix. Depuis lors, il défend valablement les couleurs de son pays, le Cameroun. Le 23
janvier prochain, il sera certainement l’un des atouts majeurs contre la Gambie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *