Maroc-Soudan du Sud : Ensemble pour un Sahara… non grata

 

A la faveur de la visite du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de la République du Sud Soudan dans le Royaume chérifien, les deux parties ont le même regard par rapport à ce territoire aux ambitions séparatistes affichées.

A l’invitation de Nasser Bourita (ministre marocain des Affaires étrangères et la Coopération internationale), Nhial Deng Nhial a effectué une visite au royaume chérifien du 19 au 20 octobre 2018. Fort de sa posture de ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de la République du Sud Soudan, le visiteur a dit tout son appréciation des relations entre son pays et le Maroc. Selon lui, ces relations ont connu un tournant majeur avec la visite du Souverain Mohammed VI à Juba en janvier 2017. Valorisant les discussions de Sa Majesté le Roi avec le Président Salva Kiir Mayardit, les actions humanitaires qui ont accompagné la visite royale et les projets et accords signés à cette occasion, le ministre sud-soudanais a dit entrevoir la coopération entre les deux pays en termes radieux. Cela sur la base des neuf accords bilatéraux dans divers domaines signés entre les deux pays. Il s’agit en majorité de mémorandums d’entente dans les domaines de la diplomatie, de l’investissement, de la fiscalité, de l’agriculture et des mines.

Position
Si une certaine opinion a voulu entretenir une polémique autour de la question du Sahara marocain et le processus au Sud Soudan, Nhial Deng Nhial a réitéré la grande différence entre les deux situations géopolitiques. Toute chose qui raffermit la position de Juba : «Nous sommes derrière nos amis marocains». En septembre dernier, lors de l’Assemblée générale des Nations unies à New York, Nhial Deng Nhial avait déclaré que son pays «ne reconnait pas l’existence de la RASD», en soulignant, que le Président Salva Kiir Mayardit avait adressé, à ce sujet, une lettre au roi. «Nous ne soutenons aucune entité, quelle qu’en soit l’appellation, qui veut prétendre à une existence séparée du Maroc. Nous soutenons un règlement à la question du Sahara, sous l’égide des Nations unies», avait-il tenu à préciser.

Pour Nasser Bourita, aujourd’hui cette réponse est claire: «la question du Sahara marocain ne peut être résolue que dans le cadre de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du royaume du Maroc, alors que le processus au Sud Soudan a été un processus spécifique dans sa genèse et son évolution, et également dans ses résultats».

Source: Ministère marocain des Affaires étrangères

et de la Coopération internationale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *