Manœuvres : L’Inde fait de plus en plus signe à Yaoundé

Pour contrer l’ascendant d’autres géants asiatiques en Afrique centrale, ce pays mène un ballet diplomatique au Cameroun.

Échange de cadeaux entre Muraleedharan et Lejeune Mbella Mbella

Que faut-il lire de l’audience accordée à Muraleedharan par Lejeune Mbella Mbella le 4 septembre 2019 à Yaoundé? «D’abord de l’ambition nouvelle d’un État d’un milliard d’habitants envers un partenaire sur la voie de l’émergence», a répondu le ministre d’Etat indien des Affaires extérieures et des Affaires parlementaires au terme de sa rencontre avec le ministre camerounais des Relations extérieures (Minrex). Depuis quelque temps, des lignes dominantes de cette ambition se manifestent. Parmi celles que l’on peut clairement identifier figure la visite, les 23 et 24 septembre prochain, des médecins de l’hôpital de Venkateshwar (Sud de l’Inde) à Yaoundé. Ladite descente intervient après la première édition du salon Campus Inde international, organisée à Yaoundé le 4 mai 2019. A cette occasion-là, le pays de Gandhi était venu vanter sa carte scolaire et universitaire aux jeunes Camerounais. Pris dans une logique diplomatique, cet instant marketing semblait bien être porté par une réelle ambition : explorer et exposer.

Avant cela, à Etoudi le 11 avril 2019, Ferdinand Ngoh Ngoh et Abhay Thakur avaient procédé à un effeuillage de l’axe Yaoundé-New Delhi. En effet, après s’être entretenu avec le secrétaire général de la présidence de la République, le Haut-commissaire de l’Inde au Cameroun avait annoncé l’ouverture d’une représentation diplomatique de son pays dans la capitale camerounaise. «Dans le fond, analyse Pr Joseph-Vincent Ntuda Ebode, avec cette ambassade, l’Inde entend s’ajuster aux nouvelles réalités stratégiques en Afrique centrale». Pour le géostratège, «elle a réalisé qu’il lui fallait changer le contexte et les conditions dans lesquelles elle opérait sa politique au Cameroun, celui-ci étant pris comme le pivot économique de la sous-région».

Visée
Pris sous cet angle, il est clair que fort de sa nouvelle stature et de sa nouvelle assise internationale, l’Inde est discrètement en train de transformer son «calcul» au Cameroun. «A divers niveaux, elle s’emploie à forger des partenariats stratégiques dynamiques et multidimensionnels avec le Cameroun afin de mieux concurrencer d’autres géants connus», appuie Guy Gwet, le président du Centre africain de veille et d’intelligence économique (Cavie) et auteur de l’ouvrage «70 chroniques de guerres économiques», paru en 2015 chez Book on Demand.

Selon nos sources au Minrex, en se déployant au Cameroun, New Delhi mise sur quelques grands pôles : la pharmacie (avec notamment des médicaments à bas coût), l’industrie chimique, la consultance numérique et les télécommunications.

Jean-René Meva’a Amougou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *