Lutte contre les discours de haine au sein de la CEEAC: une stratégie régionale en vue

Une stratégie régionale, partagée par tous les acteurs, s’impose si l’on veut combattre la propagation des discours de haine en Afrique centrale. Il y a urgence à sortir de la co-errance en région pour passer à la cohérence régionale ! Cette recherche de cohérence (de l’information à l’évaluation) doit permettre une meilleure lisibilité du système, une meilleure accessibilité et, évidemment, une efficacité accrue. C’est le sens du Forum régional tenu les 30 et 31 janvier dernier à Bangui. Au centre de ces assises (qui ont bénéficié du soutien de la Minusca et de l’Unoca), «la pré-validation de la Stratégie régionale et du Plan d’action pour la prévention et la réponse aux discours de haine dans les supports de communication écrite, audiovisuelle et numérique en Afrique centrale» et «le projet de Déclaration de Bangui sur la pré-validation de la stratégie régionale et du plan d’action pour la prévention et la réponse aux discours de haine et d’incitation à la violence».

S’agissant précisément de ces modules, ministres de la Communication, de l’Information, des nouvelles technologies de l’Information et de la Communication, experts des médias de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) ont convenu que «seule la mutualisation des moyens et des intelligences, converties ou agrégées dans une stratégie commune, constitue la meilleure solution».

Dans son allocution de circonstance, le chef de la délégation de la CEEAC, a précisé que la participation de la CEEAC audit forum vise deux objectifs majeurs. Au plan politique, il s’agit de réaffirmer la position de la CEEAC comme porteuse du projet de stratégie régionale de prévention et de lutte contre les discours de haine dans l’espace communautaire.

Au plan technique, il s’agit de partager l’expérience et les bonnes pratiques dont la CEEAC peut se prévaloir en matière de mise en œuvre des stratégies communautaires participant aux efforts déployés en vue d’une intégration régionale aboutie. «En prenant part aux présentes assises, comme elle l’a fait à celles de Douala en octobre 2021, Bangui en avril 2022, Kinshasa en juin 2022 et Yaoundé en juillet 2023. la Commission de la CEEAC réaffirme son rôle majeur de porteur du projet de stratégie régionale et de son plan d’action, tout en exprimant à nouveau son engagement indéfectible à s’associer aux efforts conjoints de prévention et de renforcement des outils de lutte contre les discours de haine dans l’espace communautaire», a martelé le Commissaire aux affaires politiques, paix, sécurité et stabilité de la Commission de CEEAC.

Diane Kenfack

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *