Lutte contre le covid-19 : La chute des prix des masques de protection

Contrairement à la première vague de la pandémie du coronavirus en 2020, le prix des masques faciaux a connu une baisse drastique.

Le marché des masques ne nourrit plus son homme. Les ventes explosent, dans toutes les artères de la capitale politique, l’on ne peut plus faire un pas sans être interpelé par les vendeurs qui proposent leurs services. Ils se recrutent dans toutes les catégories sociales, jeunes, adultes, et vieillards qui se battent pour rechercher de quoi survivre. Malheureusement le prix des masques fait déchanter. «Je viens du marché Mokolo pour le rond-point «Lonkak», personne ne m’a interpelé en route pour l’achat du cache-nez, le marché se porte mal. C’est à peine si je vends un paquet de cinquante par jour. En dépit des prix dérisoires. On est loin d’engranger des bénéfices journaliers. Le masque coûte 100 FCFA l’unité et le paquet revient à 3500 FCFA. Et le jour où je parviens à vendre le paquet j’ai un bénéfice de 1500 FCFA», fait savoir un jeune étudiant. Et d’ajouter : «je me ravitaille au marché central. Au mois de février, je pouvais vendre trois ou quatre paquets par jour, mais depuis le mois de mars, progressivement les ventes ont chuté. Je liquide au trop deux cartons par jour. Ce 1er Avril 2021, même la moitié de  50 cache-nez,  je n’ai pas encore vendue. Pour ce qui est de la qualité des masques, je n’ai aucune idée n’étant pas expert dans la production».

Selon Jacques vendeur de cache-nez, l’année dernière le marché se portait très bien. On tirait profit de cette activité. «L’année dernière le carton de cache-nez revenait à 5000 FCFA, et je vendais en détail au prix de 300 FCFA et 500 FCFA l’unité, et l’on pouvait vendre un paquet de 50  par jour et les bénéfices variaient, je m’en sortais. Ce qui n’est pas le cas pour cette année, malgré le regain de la maladie»

Causes

Les raisons à la base de la baisse des masques sur le marché sont de plusieurs ordres. Ils sont nombreux qui préfèrent acheter 10 masques et voire plus pour usage. «Le paquet de cache-nez nous revient à 3500 FCFA, et en vendant la pièce à 100 FCFA, le client préfère acheter 10 ou 20 cache-nez et il va faire un mois avec. Automatiquement, les répercussions se font ressentir à notre niveau. Chose qui n’était pas possible l’année dernière, 1000 FCFA c’était pour l’achat de deux masques. En dépit de la morosité du climat des affaires il y a des jours où je peux vendre deux à trois paquets par jour et c’est encore mieux ainsi, plutôt que de vendre en détail», explique un vendeur.

Autres raisons, les clients parlent de l’abondance et de la gratuité des masques et qu’ils ne comprennent pas pourquoi les masques se vendent. «Les clients nous disent au quotidien que les masques sont gratuits, on les distribue dans les centres hospitaliers, le gouvernement distribue et les Organisations non gouvernementales aussi.  Pourquoi vendre des masques» ? Une question embarrassante qui a poussé le vendeur a demandé aux clients de lui montrer là où les masques sont distribués gratuitement «pour  se ravitailler à cette source», lâche ainsi Arnaud

Autres faits, c’est l’incrédulité des clients qui jusqu’alors ne croient pas à l’existence de la maladie du coronavirus.  «Ils sont aussi nombreux ceux qui continuent à dire que la maladie n’est pas une réalité. C’est la raison pour laquelle, ils ne peuvent pas se procurer un masque de protection, sauf sous contrainte pour l’accès dans les supermarchés et les bureaux administratifs ou pour un service très urgent», conclut-il.

Olivier Mbessité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!