PANORAMAPORTRAIT DÉCOUVERTE

Lutte contre la cybercriminalité: Rester net sur Internet

C’est l’enjeu de la séance de sensibilisation à l’utilisation responsable des réseaux sociaux, menée ce 13 décembre à Yaoundé par le ministère des Postes et Télécommunications.

Un lieu symbolique, l’école publique bilingue de Biyem-Assi Sic, complexe scolaire qui regroupe en son sein pas moins de 1300 élèves du primaire des deux sous-systèmes (anglophone et francophone). Des bambins qui sont, comme le reste de la société, surabondamment exposés à Internet et souvent pour la plupart connectés dès le bas-âge aux plateformes numériques (Facebook, WhatsApp, Tik-Tok et Instagram). Par leur propre Smartphone ou celui des parents, ils sont exposés aux dangers des réseaux sociaux: prolifération des fake news; montée en puissance des discours de haine, entre autres. Afin de sensibiliser cette jeunesse scolaire, la caravane de la campagne nationale pour la promotion de la culture de la cybersécurité doublée de la sensibilisation à l’utilisation responsable des réseaux sociaux du Minpostel a marqué ce temps d’arrêt dans cet établissement scolaire. Objectif: présenter les dangers sur ces autoroutes de l’information et de la communication, mais aussi montrer les bonnes attitudes pour éviter d’en être victimes.

«Nous croyons que le message est passé. Nous avons eu des enfants à huit ans qui confirment avoir des comptes Facebook. Quand on sait qu’il faut avoir 18 ans, parce qu’ils savent comment cacher l’âge et ils s’exposent à des dangers. Nous sommes venus les encourager à aimer leur pays, à croire en leur talent», souligne Minette Libom Li Likeng, ministre des Postes et Télécommunications (Minpostel).

Des messages qui ne sont pas tombés dans les oreilles de sourds. «J’ai retenu que nous devons utiliser les réseaux sociaux de façon responsable. Nous ne devons pas les utiliser pour insulter les gens», livre Ruth Acha, élève en classe de 6e B au Complexe scolaire de Biyem-Assi Sic.

Conseils pratiques
Outre la causerie éducative avec les enfants sous la houlette de deux ambassadeurs de bonne volonté de la jeunesse, cette journée a également été marquée par un atelier à l’intention des encadreurs. «Il était question de montrer aux personnels enseignants comment opérer le fact-checking, une technique de vérification des informations utilisées en ligne. J’ai indiqué que le premier outil relève de la vue. Lorsqu’on a une image, il faut la scruter de prêt. Passé cette étape, si vous n’êtes pas convaincu, utiliser les outils de vérification en ligne comme le logiciel (Yandex)», préconise Arouna Mfenjou, expert des médias et de l’information.

L’on a enfin eu droit à la pose et remise officielle des affiches aux différents responsables du ministère de l’Éducation de base et aux autorités administratives. Afin de poursuivre la sensibilisation et de porter ainsi le message du gouvernement sur les bonnes pratiques à adopter en ligne.

Joseph Ndzie Effa (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *