Lutte contre le Covid-19 : Les riches doivent assumer leur leadership, selon l’ONU

Dans une lettre aux dirigeants du G20, datée du 23 mars, António Guterres leur a demandé de coordonner leurs actions pour éradiquer le coronavirus.

António Guterres, le SG de l’ONU

Atténuer l’impact social et économique de la pandémie, et s’assurer que l’économie mondiale se rétablira d’une manière plus inclusive et plus durable. Voilà ce qu’António Guterres attend des plus grandes économies du monde. En cette période particulièrement délicate, le secrétaire général de l’ONU pense que «ce serait une démonstration de la solidarité avec la population mondiale, en particulier les plus vulnérables». Le Covid-19, a-t-il poursuivi, nécessitera une réponse comme il n’y en a jamais eu auparavant, un plan de «temps de guerre» dans une période de crise humaine. Pour António Guterres, il s’agit d’un «impératif moral et d’une nécessité pour la sécurité sanitaire mondiale».

Au bon sens international
Au G20, le patron de l’organisation planétaire a recommandé la prise en compte des statistiques alarmantes relatives à la pandémie. «Les chiffres sont importants parce qu’ils ne sont pas seulement des chiffres, ce sont des personnes dont la vie et la famille ont été bouleversées», écrit-il. «La menace concerne toute l’humanité», alerte-t-il en plus. Et raison pour laquelle il plaide pour le lancement d’un plan de 2 milliards de dollars pour la lutte.

De son côté, la haute-commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme a demandé une suspension ou un assouplissement des sanctions internationales qui visent la Corée du Nord, le Venezuela ou l’Iran. «Il est nécessaire d’appliquer des dérogations vastes et pragmatiques pour raison humanitaire face à ces sanctions, et d’accorder des autorisations rapides et flexibles pour obtenir les fournitures et équipements médicaux essentiels», a souligné Michelle Bachelet dans un communiqué.

«En cette période cruciale, tant pour des raisons de santé publique mondiale que pour appuyer les droits et la vie de millions de personnes dans ces pays, les sanctions doivent être assouplies ou suspendues. Dans ce contexte de pandémie mondiale, entraver les efforts médicaux dans un pays accroît les risques pour nous tous», a-t-elle ajouté.

Ongoung Zong Bella

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *