Louis Paul Motaze

A la faveur du réaménagement du gouvernement survenu le 02 mars 2018, ce natif du Dja-et-Lobo (Sud Cameroun) est désormais le «monsieur finances» du pays.

Fort de cette nouvelle posture, ce diplômé de l’École nationale d’administration et de magistrature (Enam) a, «sous hautes instructions du président de la République», entrepris de reverser la table en pilotant la traque ou fonctionnaires fictifs. Si dans certains cénacles, cette opération est qualifiée d’«un autre grand n’importe quoi», Louis Paul Motaze y croit.

Il parle surtout de comptage physique à la caisse. Histoire de vérifier que le salarié qui perçoit de l’argent est effectivement en vie et qu’il travaille. Histoire aussi de suivre la ligne prescrite par les partenaires au développement, notamment le Fonds monétaire international (FMI), avec lequel le Cameroun est sous programme depuis l’année dernière. Ce programme vise notamment à assurer une consolidation budgétaire en assainissant la dépense publique.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *