L’Oceac renforce le dispositif de riposte contre le coronavirus aux frontières

L’organisation de coordination pour la lutte contre les endémies en Afrique centrale (Oceac) poursuit son action d’accompagnement des États dans la lutte contre le coronavirus.

 

Le 16 mai dernier au Congo-Brazzaville, l’organe de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) a procédé à la remise des kits de protection. La délégation de l’Oceac, conduite par Manuel Nso Obiang Ada, son secrétaire exécutif, s’est rendue dans le district de Souanké. Il s’agit d’une localité de Ouesso, une ville frontalière au Cameroun.

Comme lors de la précédente mission aux frontières Cameroun–Gabon, Cameroun-Guinée Équatoriale et Cameroun-Tchad-République centrafricaine, la délégation de l’Oceac est arrivée les mains chargées. Les kits remis au sous-préfet de Souanké étaient, pour l’essentiel, constitués «de gels hydroalcooliques, de thermoflashs, de masques à écran, de masques chirurgicaux, de cartons de savons, de blouses et de combinaisons de protection», a détaillé Manuel Nso Obiang Ada. Le responsable communautaire a également tenu à indiquer, pour s’en satisfaire, que les kits gracieusement remis aux autorités congolaises et financés par la Cemac comprenaient aussi des plaques solaires et des récipients de lavage des mains.

Pour l’institution communautaire en définitive, «l’objectif est de renforcer le dispositif de surveillance et de riposte aux frontières, de recenser les besoins en vue d’un équipement conséquent aux fins de lutter contre le coronavirus et d’améliorer la prise en charge des cas de contamination», a enfin précisé le secrétaire exécutif de l’Oceac à l’issue de la tournée sous-régionale.

TAA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!