Lions Indomptables : Le match avec les familles de joueurs

Choses vues et entendues ce 24 janvier 2022 aux domiciles de Junior Onana et Samuel Oum Gouet.

Les parents de Samuel Oum Gouet, le partage du repas après le match

Une heure avant le début de la confrontation Cameroun-Comores, la Cité Verte s’apprête à vivre le match. Le fan club de Junior Onana se mobilise pour ne rien manquer de la rencontre. D’aucuns commentent sur le handicap de l’équipe adverse. Leurs deux gardiens sont testés positifs au covid-19, et le latéral gauche de l’équipe est appelé à les remplacer. Les uns craignent un soulèvement de polémiques au sujet d’un complot du Cameroun pour parvenir à la victoire. D’autres discutent sur les pronostics. Pour certains, le score de la rencontre sera de «5-0». Pour d’autres, il va se solder sur le score de «2-0». D’autres encore voient le match s’achever sur une victoire «3 buts contre 1 du Cameroun». La famille du Lion ne prend pas part aux festivités. Car elle s’est rendue au stade Olembé soutenir leur favori.

«Un latéral gauche au goal? On va gagner», lance un fanatique en prenant place. Dominique réagit: «juste 1-0, on gagne. Qu’ils ne perdent pas de temps. Pardon les Lions ne jouez pas, tirez seulement au goal». Les dix-sept premières minutes sont les plus vives: trois occasions de buts manquées respectivement par Aboubakar Vincent, Fai et Toko Ekambi; attribution du carton rouge au capitaine des Cœlacanthes, Nadjim Abdou, après avoir atteint la cheville d’un joueur camerounais. Les supporters camerounais de la Cité verte sont plutôt sereins. Acclamations et encouragements rythment le match.

Le duo Aboubakar Vincent-Choupo Moting s’active. Le fan club n’attend que des buts. Un fanatique donne son avis: «le blanc là est stratégique. J’aime le savoir au stade. C’est un appui pour Aboubakar Vincent. Il fait la passe et Abou cadre le tir dans les goals». Quarante-sept minutes plus tard, c’est la mi-temps. Le fan club réagit sur les moments forts de la première période. Selon Pires, la configuration du match est meilleure que les précédentes. «J’évoque aussi le manque de concentration. À cette allure, je parie sur un score final de 2-0». Un proche du Lion et membre du fan club Junior Onana pense qu’«ils font de leur mieux pour gagner. Avec le handicap des Cœlacanthes, je sais qu’à la deuxième mi-temps, on aura de belles prestations». Le supporter Dominique n’est pas complaisant et en demande plus: «je suis un peu déçu de la prestation des Lions Indomptables, compte tenu des circonstances qui jouent en notre avantage. Je m’attendais à un plus grand impact. On espère qu’ils vont rectifier le tir».

Gardiens guignols
Deux supporters n’ont d’yeux que sur les gardiens qualifiés de «guignols». La conversation s’enchaîne avec ironie et moqueries. «Il ne sait pas plonger», commence l’un. Son voisin réplique: «est-ce qu’il connaît ça? Il a appris ça quand? C’est un joueur de champ, pas un gardien. Les gars n’ont plus confiance en leur gardien, hein. Les joueurs forment une barrière devant leur goal». –«C’est d’abord leur gardien?». L’échange provoque à chaque fois des rires.

Dans le même temps, les prestations d’André Onana mettent la foule en panique. Ruben s’inquiète: «ce gars va nous tuer. S’il continue, il va provoquer l’élimination des Lions Indomptables».

Fan club Samuel Oum Gouet
Le domicile familial de Samuel Oum Gouet, situé entre le quartier Melen et la Montée du parc national, grouille de monde ce lundi 24 janvier. En cette seconde mi-temps de matche, enfants, parents, amis et aînés sont réunis devant l’écran géant installé à la véranda. Des maillots du joueur sont disposés sur les piliers de la maison. Une bâche inscrit le nom du fan club. Plus de peur que de mal, les supporters attendent le coup de sifflet final avec impatience. L’espoir se fragilise à l’annonce des prolongations d’une durée de trois minutes. «C’est de l’abus. Tout peut se passer en trois minutes. Ils ont intérêt à ne pas faire de faux gestes», réagit Félix Nga. La plupart des supporters sont vêtus de maillot de Samuel Oum Gouet, les femmes sont en bonnet et robes aux couleurs du drapeau camerounais, et les enfants sont armés de vuvuzuelas.

«Oyééé» ! C’est la réaction de la foule à la fin du match. Triomphes, chants, danses et accolades, la famille Oum Gouet se réjouit de la victoire des Lions dans une atmosphère conviviale. Le jubilé laisse place à une réception. Celle-ci débute par des musiques gospel, puis une prière de bénédictions à l’endroit des Lions Indomptables, par la génitrice du jeune Lion. Les réjouissances se poursuivent autour d’un repas prévu pour l’occasion. Pour le reste de la soirée, chacun évalue les performances et les occasions de cette rencontre. Félix Nga réagit: «on a gagné, mais pas de la meilleure façon.

Les Comores ont éliminé le Ghana. Les Lions devaient considérer cela et montrer plus d’ardeur. Et si l’adversaire était au complet?». Son voisin n’est pas du même avis: «les gars ont joué et on a gagné. C’est l’essentiel». Félix Nga n’approuve pas un tel fanatisme et envisage la critique pour améliorer le fond du match. Puis il consent: «2-1 ce n’est pas mal, mais avec une équipe aussi diminuée, on aurait pu gagner avec 3 buts». Félix Pédro Bassangna, ami de la famille, se contente de la victoire: «je suis très content pour la qualification des enfants au second tour. Mais je voudrais souligner un problème, le fond de jeu. Un coach qui tergiverse sur le classement et des joueurs qui ne veulent pas s’engager à l’instar de Ngamaleu. On veut du fond. Enfin, je félicite Onana qui a sorti le grand jeu».

 

Ils ont dit

 

Samy Tongue, parrain du fan club Junior Onana

«Je m’attendais à quatre ou cinq buts des Lions Indomptables»

Junior Onana est un fils. Son papa était l’ami du mien. Nous avons grandi ensemble ici à la Cité Verte. C’est une fierté de le voir évoluer dans la voie qu’il a choisie. Il n’a pas joué aujourd’hui. Ce n’est pas grave, mais le fait qu’il soit appelé pour défendre les couleurs du Cameroun à la CAN suffit à nous combler de joie. Cette place est un des «QG» du fan club où nous nous réunissons pendant les rencontres auxquelles les Lions Indomptables prennent part. Concernant le match de tout à l’heure, je ne suis pas satisfait. Avec un adversaire aussi mal-en-point, je m’attendais à quatre ou cinq buts des Lions Indomptables. Cela prouve que les Cœlacanthes ne sont pas une petite équipe.

Dominique Éloundou, supporter

«Son entrée aurait pu être salutaire pour l’équipe»

Je suis un peu déçu de la prestation des Lions Indomptables compte tenu des circonstances qui jouent à notre avantage. Je m’attendais à beaucoup plus impact. On espère qu’ils vont rectifier le tir. Par rapport au jeune Junior Onana, je pense que son entrée sur le terrain aurait pu être salutaire pour l’équipe dans la mesure où on observe certains joueurs qui font preuve de beaucoup de suffisance. Une belle occasion pour faire appel au sang neuf afin de redynamiser le jeu des Lions Indomptables pour nous faire voir un plus beau spectacle et une équipe beaucoup plus ambitieuse.

Jean Jacques Bakena, frère du jeune Lion et membre du fan club

«Il donnera le meilleur de lui comme il sait le faire»

Ce fan club est un soutien à l’endroit de Junior Onana. C’est un plaisir de voir un jeune du quartier qui a fait toutes ses classes et qui aujourd’hui, est à l’équipe nationale. C’est un honneur. Nous, les membres, sommes derrière lui pour le soutenir et le célébrer, quel que soit le résultat final de la Coupe d’Afrique des nations. Mais notre souhait est que la Coupe reste au Cameroun, le pays organisateur. Le fait que Junior Onana ne soit pas aux stades ne nous inquiète pas. Le coach a fait son choix. Nous sommes rassurés que lorsqu’il aura la chance de faire ses preuves, il donnera le meilleur de lui comme il sait le faire.

Thérèse Anastasie Gouet, grand-mère du Samuel Oum Gouet

«Que la coupe reste au Cameroun»

Samuel Yves est un Lion Indomptable. Le Cameroun est qualifié en ¼ de finale et je suis très heureuse. Ma joie ne va pas uniquement à l’endroit de mon petit-fils Gouet, mais envers tous les Lions indomptables et la victoire est dédiée au Cameroun tout entier. Ma joie est également à l’égard du coach Conceiçao et du président de la fédération camerounaise de football, Samuel Éto’o Fils. Je chute en souhaitant que la compétition se déroule toujours dans la paix et que la Coupe reste au Cameroun. Qu’elle n’aille pas ailleurs. C’est pour nous.

Propos recueillis par Presvualie Ngo Nwaha (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *