Lions Indomptables : Ce label qui fait courir les «débutants étrangers»

Le débat sur le CV de ceux qui postulent aux portes de l’équipe nationale de football fanion refait surface.

One All Sports! Avec toute l’énergie de sa voix, la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) martèle le nom du nouvel équipementier des sélections nationales de football du Cameroun. Tombeur du Français «Le Coq Sportif», l’Américain est placé sur un escalier majestueux par l’instance faîtière du football. Selon cette dernière, avec One All Sports, «il s’agit du contrat équipementier le plus lucratif jamais conclu par le Cameroun une première dans le monde du football vu que la marque était jusqu’ici connue comme équipementier célèbre de formule 1». À défaut de s’adonner à une analyse financière du contrat et du dévoilement du réseau qui a amené One All Sports sur sa table, la Fecafoot fournit des outils renseignant sur les probabilités de réussite de la firme basée à Bangkok (Thaïlande).

Aux côtés des Lions indomptables (toutes catégories confondues), One All Sports est, apprend-on, capable de «verser à la Fecafoot une somme annuelle largement supérieure à celle proposée par les autres prétendants, fournir chaque année des équipements destinés aux sélections nationales et un bus de standing VIP et rendre disponible, et à des prix raisonnables, des équipements destinés aux fans des équipes nationales du Cameroun…3 fois ce que les autres équipementiers promettaient à la fédération». Et le nouveau-venu d’appuyer: «One All Sports est ravi de s’associer à l’une des équipes les plus emblématiques du football mondial. Nous avons hâte d’apporter notre créativité, notre innovation et notre service au beau jeu».

«Néophytes»
Aux yeux des observateurs, ce qui abaisse (substantiellement) le seuil d’une renommée que One All Sports a bâtie dans le milieu du sport automobile, c’est qu’il fait ses premiers pas dans l’univers du football. «C’est un néophyte», commente un ancien Lion indomptable. De son point de vue, «le Cameroun pèche par la faible capacité de sophistication du label Lion Indomptable». «Car au fond, ajoute-t-il, la focale demeure toujours fixée sur des gens sans états de services pertinents dans le football».

Se lançant dans une sorte de revue des lisières des Lions indomptables seniors, notre interlocuteur pense que «le recours à des novices semble être la règle». «Claude Le Roy, Valeri Nepomniachi, Henri Depireux, Philippe Redon, Paul Le Guen, Winfried Schäfer, Otto Pfister, Hugo Broos, Clarence Seedorf et tous ceux que vous connaissez n’avaient tenu une sélection nationale ailleurs. Mais c’est au Cameroun que chacun, peu compétent, souvent même incompétent, est venu se faire un nom en reflétant à la fois la curiosité et la débrouillardise. À quelques exceptions près, nous avons vu ce que cela nous coûte en termes de performances sur le terrain et de litiges», souligne l’ancien joueur.

Sur le vif, Maurice Timegni estime qu’«il y a une inadéquation entre le profil des recrutés et le profil dont nous avons réellement besoin». D’après l’ancien chroniqueur sportif, cela survient quand on a inscrit des chiffres ridiculement bas dans l’enveloppe fermée déposée lors de l’enchère.

 

Jean-René Meva’a Amougou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *