INTÉGRATION RÉGIONALEMAIN COURANTE

La libre circulation des personnes actée entre Bangui et Lomé

Les deux plénipotentiaires lors de l’échange des parapheurs

La Centrafrique et le Togo sont désormais liés par un accord de libre circulation des personnes. En marge du sommet CEDEAO-CEEAC, les ministres des Affaires étrangères ont signé l’accord le 29 juillet 2018 à Lomé en présence des deux institutions d’intégration. L’accord vaut exemption de visas pour les ressortissants des deux pays voulant séjourner dans l’un ou dans l’autre des deux pays. Pas de restriction de séjour, ni d’obligation de procédures spéciales. L’article 2 dudit accord postule d’ailleurs que «l’exemption totale réciproque de visa concerne les passeports diplomatiques, les passeports de service et les passeports ordinaires».

Avantages
En matière d’intégration économique, l’accord ouvre des grandes perspectives pour les pays signataires. En matière de tourisme, de formation, d’investissement et d’activités professionnelles. L’existence du visa unique en Afrique de l’Ouest permettra aux centrafricains de se mouvoir sur l’ensemble du territoire de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest. En revanche pas de réciprocité au niveau de la CEEAC encore moins au niveau de la CEMAC.

Ce grand pas d’interregionalisme économique à l’ère de l’institutionnalisation de la coopération CEDEAO-CEEAC pourrait dynamiser la mise en œuvre des politiques économiques intégrées entre les deux régions en prélude à la Zone de libre-échange continentale d’une part et de manière basique pour le recul de la pauvreté d’autre part. L’Afrique centrale et la République centrafricaine en ont besoin pour vaincre la bataille de l’asphyxie économique.

Zacharie Roger Mbarga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *