Libre circulation dans la Cemac : vers une harmonisation des formations des agents

Afin de faciliter les opérations de contrôle aux frontières, en finir avec les tracasseries et fluidifier le transit dans les corridors des pays de la Cemac, il a été décidé que les pays harmonisent la formation des agents affectés aux postes-frontière.

Le corridor sous régional Yaoundé-Brazzaville,pour le développement des échanges.

Pour se faire, la Commission Cemac se doit de saisir les ministres en charge de l’Intérieur et de la Sécurité pour l’harmonisation des programmes de formation des agents affectés aux postes-frontière. Ainsi, des séminaires seront organisés à l’intention des responsables des postes-frontière sur la mise en œuvre de la Directive communautaire sur la libre circulation des biens.

En amont, les pays de la Cemac et la commission devront élaborer une nouvelle directive communautaire sur l’installation et le fonctionnement des postes de contrôle sur les corridors routiers de la sous-région. En effet, sur recommandation du dernier Conseil des ministres de l’Union économique de l’Afrique centrale (Ueac), un projet de directive communautaire a été préparé. Il a pour ambition de réduire les contrôles et instaurer des contrôles mixtes. Il devrait être présenté et adopté lors de l’Ueac qui se tiendra le 4 novembre prochain à Yaoundé.

Lors de la 2e session extraordinaire du Programme de réformes économiques et financières de la Cemac (Pref Cemac), le secrétaire permanent de ladite instance avait ainsi déclaré: «il faut impérativement que les populations et les opérateurs économiques ne fassent plus demander l’impossible sur les corridors. Nous allons outiller nos agents de postes frontaliers. Il faut aussi diminuer le nombre de contrôles. Parfois sur nos routes il y a plus de 100 contrôles. On ne peut plus dire quelle est la distance entre les contrôles».

Zacharie Roger Mbarga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *