Leadership : première audience au sommet de la Cemac

Jeudi 26 septembre dernier, la première rencontre officielle entre Paul Biya, président en exercice de la Conférence des chefs d’État de la Cemac et Daniel Ona Ondo, chef de l’exécutif communautaire a eu lieu. Depuis le début du mandat camerounais à la tête de la Cemac en mars 2019, il s’agit du premier échange de travail entre les deux hommes.

 

Paul Biya, président en exercice de la Cemac et Daniel Ona Ondo, président de la Commission de la Cemac (à gauche)

Au menu, les dossiers urgents qui interpellent les pays de la sous-région depuis la session extraordinaire de la conférence des chefs d’État tenus en décembre 2016 à Yaoundé sur la santé économique. Au sortir de l’audience, le président de la commission a indiqué: «nous avons évoqué les problèmes de la sous-région, la situation économique de la Cemac. Je sors de là naturellement instruit des directives qu’a bien voulu me confier le chef de l’État pour la conduite de notre communauté. D’ores et déjà, je peux vous dire que la Cemac, par les grandes décisions prises par les chefs d’État en 2016, a sorti la tête de l’eau».

Autre centre d’intérêt de cette séance de travail, l’actualité phare au Cameroun: les perspectives de paix au Nord-Ouest et au Sud-Ouest. «J’ai tenu à féliciter le président de la République, chef de l’État, pour l’initiative qu’il vient de prendre, celle de convoquer un grand dialogue national pour la paix au Cameroun. Cette conférence est importante pour les Camerounais, parce que sans la paix il n’y a pas de développement. Cette conférence est importante pour l’Afrique centrale parce que le Cameroun représente en moyenne 40 % du PIB de la sous-région. Et comme on dit: «quand le Cameroun tousse, toute l’Afrique centrale s’enrhume», a confié Daniel Ona Ondo.

Zacharie Roger Mbarga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *