INTÉGRATION CONTINENTALEUncategorized

Le bêtisier de la CAN

 

Evan Ndicka

Le Cameroun sera représenté en finale dimanche prochain par Evan Ndicka. Défenseur central, de nationalité française mais originaire à mi-chemin entre le Cameroun et la Côte d’Ivoire. Bien qu’il soit né, ait grandi en France, et qu’il ait joué dans toutes les équipes nationales française, des moins de 16 ans aux moins de 21 ans, Ndicka a choisi l’équipe nationale ivoirienne.

 

Signe

La RDC s’est encore inclinée en demi-finale de CAN face à la Côte d’Ivoire (0-1). Une défaite qui passe finalement au second plan alors que le pays souffre de nombreux massacres à l’Est. Lors des hymnes, les joueurs congolais et le coach avaient tenu à faire passer un message en se cachant la bouche et en mimant une arme pointée sur la tempe. Ce geste était destiné à dénoncer les massacres que subissent actuellement la population congolaise à l’Est du pays. Des massacres, un génocide même, passé sous silence et qui a récemment fait du bruit sur les réseaux sociaux après la publication de vidéos choquantes sur le traitement de la population par des milices rwandaises.

 

Réclamation

La chanteuse camerounaise, Mani Bella qui était récemment en Côte d’Ivoire dans le cadre de la 34eme édition de la CAN ne cessait pas de faire des publications, dans lesquelles, elle faisait la promotion du pays. A la fin, elle réclame une reconnaissance de la part des autorités du pays. « Je pense que la Côte d’Ivoire doit me donner la médaille de l’ordre de la valeur », indique-t-elle. Il faut noter qu’avant de venir même en Côte d’Ivoire, Mani Bella avait déjà fait une demande pareille au début de la compétition. Et dans ladite demande, elle indiquait que le gouvernement ivoirien devait lui donner une médaille d’honneur en tant que meilleure ambassadrice de la Côte d’Ivoire à l’étranger.

 

Regrets

Le sélectionneur de l’Afrique du Sud, Hugo Broos, estime que son équipe a mieux joué contre le Nigeria lors de la demi-finale perdue 4-2 aux tirs au but lors de la Coupe d’Afrique des Nations, Côte d’Ivoire 2023. « Le football peut parfois être difficile, quand vous voyez la performance de mon équipe aujourd’hui, et puis il y a des tirs au but, puis vous perdez les tirs au but et vous n’êtes pas en finale, c’est difficile d’accepter cela parce que nous jouons un très bon match aujourd’hui. » « Je pense que nous étions la meilleure équipe en première mi-temps, nous avons eu les meilleures occasions, le Nigeria n’avait aucune chance. En deuxième mi-temps, ils ont peu d’occasions qui ont abouti à un but et nous avons changé quelque chose tactiquement, et nous pourrions revenir », a-t-il déclaré.

 

Sanctions

La CAF a déclaré vendredi qu’elle avait rencontré le comité d’organisation local et la police pour trouver des solutions viables, et qu’elle avait fait part de ses préoccupations à plusieurs organisations représentant les journalistes au tournoi. « A l’avenir, tout professionnel des médias qui se livrera à des célébrations sauvages et abusera d’autres collègues des médias sera immédiatement expulsé par la sécurité et son accréditation lui sera retirée », a déclaré la CAF, qui a ajouté qu’il en va de même pour « tout représentant des médias qui participera à une bagarre dans les zones médiatiques ou à une échauffourée physique ».

 

Résurrection

 « Cabri mort n’a pas peur de couteau ». En Côte d’Ivoire, pays foisonnant d’expressions imagées, ce proverbe signifie qu’on n’a plus rien à perdre quand on est au plus bas. Les Éléphants, enterrés à Ébimpé, sont revenus à la vie à Yamoussoukro face au Sénégal, champion d’Afrique en titre. Émerse Faé, adjoint devenu entraîneur intérimaire après le limogeage du duo Jean-Louis Gasset et Ghislain Printant pour « insuffisance de résultats », a certainement eu besoin d’une kyrielle de décharges électriques pour y parvenir.

Pendant un temps, l’arrivée sur le banc du « sorcier blanc » Hervé Renard, capable de renverser une situation compromise, a été espérée par la Fédération Ivoirienne de Football (FIF). Cela n’a pu finalement se réaliser à cause du refus de la Fédération Française de Football (FFF) dont l’équipe A féminine est coachée par le technicien vainqueur de la Can en 2012 avec la Zambie et en 2015 avec la Côte d’Ivoire. Aidé par Guy Demel, qui analysait les matchs de la Can sur les plateaux de Canal+ à Sol Béni, le centre d’entrainement de l’Asec Mimosas, Faé a pu rapidement redonner une âme aux Éléphants.

 

Félicitations

 Après que les Éléphants de Côte d’Ivoire se soient qualifiés pour la finale de la CAN 2023 en battant les Léopards de la RD Congo, le président Alassane Ouattara a réagi promptement. Le chef de l’État a partagé sa gratitude envers les joueurs à travers ses canaux officiels, saluant leur remarquable victoire et affirmant que tout le peuple ivoirien était fier d’eux. « Nous sommes en finale ! Bravo à nos Éléphants pour cette magnifique victoire. Nous sommes très fiers de vous! », a-t-il publié. Par ailleurs, il les a encouragés à donner le meilleur d’eux-mêmes en finale, dans l’espoir de ramener la troisième étoile sur le maillot ivoirien lors de la finale de la CAN 2023.

 

Sources : Onze mondial, AfrikFoot, Camfoot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *