En kiosque : « Défis actuels » ripoline le bilan de Paul Biya

Une édition spéciale du magazine de François Bambou revisite fort opportunément le septennat des grandes réalisations du président de la République du Cameroun.

Une analyse holistique du Cameroun actuel. Voilà l’exercice auquel se livre une édition spéciale de « Défis actuels » à lire et à conserver. Celle-ci s’intéresse au fonctionnement du pays sous la présidence d’un bâtisseur, initiateur de travaux gigantesques dans l’objectif d’un Cameroun émergent à l’horizon 2035. Pour ce faire, le magazine procède à une rétrospective des grands chantiers en cours au Cameroun, tout en projetant leur impact dans la vie des populations. L’analyse du bilan du chef de l’État se fonde sur quelques discours et promesses dont les implications sont générales à tous les Camerounais. Parmi les points noirs relevés, il y a la corruption rampante et la mal gouvernance publique. Conséquences, une impression de statu quo malgré les grandes réalisations de Paul Biya.

Le magazine met l’accent sur quelques concepts essentiels. Notamment la gouvernance socio-politique du pays. Le chef de l’État durant son mandat a mis sur pied des institutions cruciales, comme le Sénat, le conseil national de la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme… Afin de promouvoir le vivre ensemble et une République exemplaire. Dans le bilan économique, le magazine accorde beaucoup de crédit au travail du président, en s’appuyant sur la boussole qui est le DSCE (document stratégique pour la croissance et l’emploi).

Il montre les acquis sur l’économie numérique. L’éducation n’est pas en reste. Le boom de l’agriculture est exalté, dans un contexte où le Cameroun veut remonter en puissance pour produire 600 000 tonnes de cacao. L’énergie fait la course en tête des réalisations du septennat, avec les constructions des barrages comme celui de Lom Pangar, afin de promouvoir le secteur industriel.

En somme, la publication de François Bambou sur le bilan du deuxième septennat de Paul Biya est un document de référence pour l’histoire.

André Balla (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *