Journée de l’Afrique 2019 : Plaidoyer panafricaniste sur la colline d’Obili

L’Institut des relations internationales du Cameroun (Iric) a accueilli le 22 mai 2019 une conférence – débat sur la cause panafricaine. A l’initiative du Club Union africaine de cet établissement de l’Université de Yaoundé 2.

Photo de famille à l’occasion de la célébration de la journée de l’Afrique à l’Iric.

Y a-t-il à Yaoundé meilleur endroit symbolique que l’Iric pour lancer les festivités de la 56è édition de la Journée de l’Afrique au Cameroun? Les étudiants de cette institution universitaire répondent par la négative. En effet, les membres du Club Union africaine (Ua-Iric) de cette grande école de l’Université de Yaoundé 2 ont ouvert ce 22 mai les festivités de la Journée de l’Afrique 2019 par une conférence participative sur le militantisme de la cause panafricaine.

Après le vif saisissement éveillé par la chorale « Chœur des Internationalistes », suite à l’exécution d’un chant repris en langue Swahili, les travaux de la conférence, sous le parrainage du Dr. Emmanuel Wonyu, s’entaillent tout d’abord par une rediffusion des discours des chefs d’Etat africains lors de la conférence Africa 21, organisée par le Cameroun en mai 2010 à Yaoundé. Le but de ce regard rétrospectif, souligne le président du Club Ua-Iric, Gilles Benoit Banouekeni Y’Emock, étant pour les jeunes « de suffisamment se ré-imprégner du message des paires africains sur leur foi en l’intégration africaine et de sa nécessité pour l’émergence de l’Afrique dans un monde globalisé ».

 

Une séquence des travaux en ateliers par la suite, sur des questions cruciales au développement de l’Afrique, aura constitué un brainstorming vers des modélisations de scénarii au décollage de l’Afrique par des jeunes du Club Ua-Iric. Des conjectures centrées, sur une rééducation de l’homme-africain avec en corollaire une réappropriation de sa culture et de son histoire aux idéaux-types du renforcement de la bonne gouvernance, avec en matrice un sérieux nivellement du taux de corruption, en passant par la structuration d’une véritable industrialisation, avec en socle la sortie d’une économie rentière appauvrissante, et l’urgence de la mise en place d’une réelle puissance militaire continentale. Les panafricanistes du Club Ua-Iric ont démontré leur espoir de voir une Afrique qui compte dans le jeu des relations internationales et leur enthousiasme d’être eux-mêmes des acteurs incontournables à ce projet. Dans la foulée, le président de l’Association camerounaise pour l’Union africaine, André Aristide Edzanga, invité à cette conférence, affirme son crédo «d’une jeunesse qui s’implémente, qui s’intéresse, qui s’engage pour la cause de l’Afrique d’aujourd’hui et de demain ».

 

Les ripailles de clôture, de cette première activité d’une semaine dédiée à la Journée de l’Afrique, se sont soldées, dans cette institution perchée sur la colline d’Obili, par les encouragements du Dr. Emmanuel Wonyu. L’universitaire a fait don d’une dizaine d’ouvrages aux jeunes panafricanistes de l’Iric, tout en les conviant à demeurer des vrais militants de la cause panafricaine. La 56è édition de la Journée de l’Afrique se célèbre le 25 mai 2019 sur le thème : « Année des Réfugiés, des Rapatriés et des Personnes déplacées internes: vers des solutions durables au déplacement forcé en Afrique ».

Benoit Arsène Abega Obolo, stagiaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *