PANORAMAPORTRAIT DÉCOUVERTE

JIF 2024 : l’entrepreneuriat féminin en vitrine

Le 5 mars dernier au Musée national de Yaoundé, Marie Thérèse Abena Ondoa, ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille (Minproff) a touché du doigt le savoir-faire des femmes.

Visite des stands du Minproff à l’esplanade du Musée National

L’esplanade du Musée national de Yaoundé s’est muée en une foire-exposition le 5 mars 2024 à l’occasion de la 39ème édition de la Journée internationale des droits de la femme (JIF). Les différents stands érigés sur les lieux ont permis à la Minproff d’apprécier le dynamisme et l’ingéniosité des femmes. Elles ont présenté les activités qui leur génèrent du revenu au quotidien. Les secteurs sont divers : agriculture, élevage, pisciculture, cosmétique, agroalimentaire, artisanat, etc.

Présente sur le site, Marie-Thérèse Abena Ondoa, ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille (Minproff) effectue une tournée dans les différents stands. Elle ne tarit pas d’éloges. « Nous sommes heureux de voir ce beau monde, et nous invitons le public à venir visiter cette foire-exposition qui montre à suffire l’ingéniosité de la femme camerounaise et africaine », déclare-t-elle.

En outre, la (Minproff) salue les efforts des partenaires qui soutiennent les femmes dans l’auto-accomplissement. Parmi eux, le Fonds des Nations unies pour la Population (UNFPA), qui en collaboration avec l’Organisation africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI) exposait des projets d’autonomisation économique par l’accès à l’innovation et à la propriété intellectuelle. L’objectif de cette exposition est de « promouvoir le capital humain et de mettre en relation des jeunes filles bien éduquées, qui ont du potentiel ou un savoir-faire avec des femmes qui font dans l’agrobusiness afin de trouver des solutions innovantes », explique Eugénie Awono, femme rurale. Par ailleurs, ajoute-t-elle, il est question que « toutes les femmes s’arriment aux nouvelles techniques et qu’elles travaillent en réseaux dans les différentes filières. Puisque l’UNFPA appuie les jeunes femmes qui respectent les normes en équipements », conclut Eugénie Awono, femme rurale.

Olivier Mbessité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *