Jean Claude Nkodo Essomba : L’entrepreneur en gants de boxe

L’ancien boxeur camerounais est aujourd’hui à la tête de plusieurs entreprises sportives qui accompagnent des boxeurs africains tout au long de leur carrière en Europe et aux États-Unis.

À 54 ans, Jean Claude Nkodo Essomba n’a pas tourné la page de la boxe. Il en écrit en ce moment de nouvelles lignes. L’ancien champion d’Afrique dans la catégorie des poids légers met son expérience au service de l’entrepreneuriat sportif. Le colosse de plus d’1,90 m dirige actuellement plusieurs entreprises à l’instar de Phoenix promotion, créée en 2008. Celle-ci organise des galas de boxe et accompagne des boxeurs professionnels africains en Europe et en Amérique du Nord, durant leur carrière.

Ambitions pour l’Afrique
Par sa vision, son humilité et surtout sa persévérance dans le travail, il a fait une ascension fulgurante dans ce sport. C’est ce qui lui a valu d’être élu vice-président de la National Boxing Authoritative (NBA). Au sein de cette organisation mondiale de gestion de la boxe professionnelle, il occupe le poste de directeur des opérations Afrique. Sa mission : promouvoir la boxe professionnelle sur le continent. Ainsi, il envisage de répertorier les talents sportifs, qui foisonnent en Afrique et qui souffrent d’un marasme économique, afin d’améliorer leur visibilité.

L’ancien champion d’Afrique croit dur comme fer que le sport en général et la boxe en particulier, peut être une « niche économique » en Afrique. D’ailleurs, Jean Claude Nkodo Essomba estime qu’en plus des valeurs d’amour, de respect et de la culture de l’effort et d’éthique que la boxe inculque à ses pratiquants, elle peut servir l’Afrique autrement. En plus d’en faire une chaîne de croissance économique, le sociologue du sport voit en la boxe un excellent moyen pour juguler l’émigration qui saigne l’Afrique.

Sa vie n’a pas toujours été un fleuve tranquille. Elle lui a rarement fait des cadeaux. Ainsi, le jeune homme part de son Cameroun natal pour la France en 1982, pour poursuivre ses études en mécanique. Mais hélas, à l’âge de 16 ans, le décès brusque de son père le force à abandonner cette voie. Il se rabat dans le sport, seule autre activité qu’il pratique depuis l’âge 12 ans. Il commence son aventure aux États-Unis. Il tente sa chance à Las Vegas et à New York, d’où il partira pour les écuries professionnelles de Level Two Promotion de Charles Biddle.

Passionné de littérature
Un peu plus tard, le jeune boxeur signe avec Boxing One promotion d’Irene Cole. La collaboration est telle qu’il devient champion d’Afrique des poids super-légers, sous ses couleurs, défiant même le champion du monde Ile Qartey. Mais la boxe ne suffit plus à ce jeune visionnaire qui a d’autres perspectives en vue. Il se rend à Londres en 1991 où il suit un cursus en sociologie du sport à l’université de Canterbury. Tout en continuant la boxe sous les couleurs d’All Stars Boxing d’Isola Akay, il décroche un Bachelor en management du sport en 1995.

L’homme a toujours plusieurs cordes à son arc. Il n’est pas seulement passionné du sport, mais aussi d’histoire et de lettres. D’ailleurs, dans son autre vie, Jean Claude Nkodo Essomba, est un essayiste en sociologie du sport. Il est auteur de Requiem pour la Boxe, paru aux Éditions Melibee-Toulouse en 2012. En 2014, il publie, aux Éditions K d’Oteurs à Paris, L’indomptable, un roman sur l’immigration. Le boxeur est aujourd’hui, le propriétaire de la maison d’édition Afropéennes, comme pour montrer sa fierté d’être africain, de la race noire.

Joseph Julien Ondoua Owona, Stg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *