Investitures aux Municipales 2020 : du rififi à Pouma

La base militante du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) de l’Arrondissement de Pouma dans le département de la Sanaga-Maritime est en colère. Les militants de cette formation politique ne se retrouvent pas dans la liste des candidats aux élections municipales de 2020 déposée pour leur compte à Elections Cameroon (Elecam). La liste initialement concoctée et ayant fait l’unanimité est celle remise au délégué du parti au pouvoir au niveau communal, Jean Perrial Nyodog.

Mme Nyodog (micro en main) plébiscitée par la base, éliminée par les intrigues…

La liste initiale avait plusieurs personnalités et comme tête de liste Dorothée Ngo Mboua, épouse Nyodog, tandis que celle déposée à Elections Cameroon est dirigée par l’ancien Maire Soman François.

Au vu de tout cela, Ngo Mboua Dorothée a, ce 27 novembre à Pouma, saisi l’administration et la base militante pour exprimer son ras-le-bol. Une déclaration a également été faite, afin que nul n’en ignore: «Nous, populations et militants du RDPC à Pouma, déclarons ne pas nous reconnaitre dans la liste déposée auprès d’Elecam pour le compte de notre parti. Cette liste n’est pas notre choix, une liste truffée d’aventuriers, à notre grande déception.

Si rien n’est fait, nous promettons la démobilisation qui a déjà gagné nos rangs depuis ce constat, et la suite pourrait être le boycott des élections municipales prochaines. Le mandataire des investitures des candidats aux municipales a tripatouillé notre liste, vu sa proximité avec l’ancien Maire qui n’a rien réalisé à Pouma depuis 13 ans. La circulaire du président national et son inactivité sont suffisantes pour qu’il ne nous représente plus.

Certains de nos militants disent qu’au cas où sa liste est maintenue, ils vont voter pour un parti d’opposition en l’occurrence le PCRN (Parti camerounais pour la réconciliation nationale) de Cabral Libii». Compte tenu de cet état des choses, la base militante déclare son irresponsabilité dans l’échec qui se prépare avec la complicité de Jean Ernest Masséma Ngallé Bibéhé, délégué du comité central du RDPC pour les investitures dans la région du Littoral, qui ne fait rien pour arranger les choses. Au fil des municipales en effet, le RDPC a conquis et consolidé sa position de première force politique dans le Littoral, malgré un environnement difficile et complexe.

«Si jamais cet acquis venait à être perdu ou amoindri, M. Ngallé Bibéhé en portera seul l’entière responsabilité», explique Vincent Oum, militant du parti de Paul Biya. Il faut dire sans fioriture que le ver est dans le fruit. L’ennemi est dans la maison; les militants du RDPC à Pouma n’en sont plus à se poser la question, tant les agissements de Ngallé Bibéhé défient tout sens politique. Ramer à contre-courant de la volonté militante n’est-il pas une trahison? Si. Avec un certain art doublé d’une foi satanique, il détricote le formidable travail des différentes commissions communales. L’alerte est sonnée!

Alain Biyong, à Pouma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *