Intégration régionale : Le refrain du Cameroun à Luanda

Au cours du 10e Sommet de l’OEACP (Organisation des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique), le pays a présenté son astuce contre la mise sous tutelle internationale des économies du Sud.

 

Grand moment diplomatique à Luanda du 6 au 10 décembre dernier. Pour leur 10e Sommet, des représentants des pays membres de l’OEACP étaient réunis dans la capitale angolaise. «Trois continents, trois océans, un destin commun: construire une organisation résiliente et durable des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique», tel a été libellé le thème des échanges entre les pays participants. Selon une annonce de la presse publique angolaise, tous sont venus s’enquérir de l’état d’avancement de la mise en œuvre de l’Accord de Georgetown révisé, approuvé lors de la 110e session du Conseil des ministres de l’OEACP, puis ratifié lors du 9e Sommet des Chef d’État et de Gouvernement ACP tenu à Nairobi en 2019.

Substance
Lu par Lejeune Mbella Mbella (ministre des Relations extérieures, Minrex), le Cameroun a consisté en l’esquisse d’une ligne stratégique Sud-Sud, a-t-on appris de source officielle. Le chef de la délégation camerounaise à Luanda a notamment mis un point d’honneur sur «la nécessité pour les États membres de cette Organisation de renforcer leurs relations par le biais, entre autres, de l’intégration régionale et des partenariats stratégiques entre les régions, y compris à travers la coopération inter-régionale dans les secteurs clés du développement». Lejeune Mbella Mbella a défini les termes de référence de ce paradigme et sa mise en œuvre suivant deux axes: le renforcement de l’intégration des marchés et une plus grande ouverture vers l’extérieur. En abordant le sujet sous l’angle économique, le Minrex a souligné qu’il est d’abord un outil de création des richesses entre les États, c’est-à-dire une source de prospérité chez eux et de puissance entre eux, par-delà les territoires et les souverainetés, au nom du principe «l’union fait la force». Il a ensuite montré que l’intégration régionale apparaît comme un moyen privilégié de lutte contre la misère et le sous-développement, et son ambition est également la création des richesses et le développement.

Le Groupe des États d’Afrique, Caraïbes et Pacifique (ACP) est la plus grande organisation intergouvernementale transnationale de pays en développement du système international, avec 79 pays membres originaires d’Afrique, Caraïbes et Pacifique. Aujourd’hui, le principal objectif de ce Groupe est d’orienter la solidarité Sud-Sud et la coopération Nord-Sud pour le développement durable des pays ACP et leur intégration réussie dans l’économie mondiale.

Ongoung Zong Bella

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *