AMBASSADESINTÉGRATION NATIONALE

Industries culturelles et créatives (ICC) : l’UE investit la scène

Elle s’engage à soutenir le plein développement des ICC à travers le renforcement des capacités, le soutien de l’ensemble de la chaîne de valeur et la circulation de biens et services culturels de qualité.

Le panel lors de la présentation du programme à Yaoundé

Pour que les industries culturelles et créatives soient porteuses de valeur ajoutée pour l’économie camerounaise, l’Union européenne (UE) pense qu’il est nécessaire de bâtir des actions stratégiques avec le gouvernement local. «Pour nous, il s’agit d’établir des partenariats, de soutenir des formations, de permettre aux institutions de se déployer, de donner des compétences managériales aux acteurs, de faire en sorte qu’au-delà du côté artistique, les industries culturelles et créatives soient également des ingrédients de croissance pour le Cameroun», a expliqué le chef de coopération à la délégation de l’UE à Yaoundé. Le 2 novembre dernier en effet, au cours de la cérémonie de présentation des dispositifs d’appui de l’UE, Jérôme Pons a confirmé que le processus mis en œuvre va ouvrir des opportunités aux jeunes entrepreneurs culturels et créatifs porteurs de projets.

Articulations
Selon l’UE, le programme sera mis en œuvre à travers trois grands volets. Le premier a trait aux financements de projets via des appels à proposition. «Dans cette rubrique, il s’agit des projets portés par des entreprises culturelles ou structures d’incubation; de la structuration de la formation pour et le renforcement des capacités des entreprises culturelles et créatives; de l’appui aux espaces culturels et patrimoniaux camerounais; du soutien à des initiatives créatives conjointes camerounaises et européennes et la création d’une plateforme de conseil et d’accompagnement pour préparer les acteurs et les entreprises culturels aux opportunités de financement», souligne Jérôme Pons.
Quant au second volet, il concerne l’appui aux initiatives gouvernementales (plaidoyer et mobilisation des acteurs du secteur autour des enjeux du développement des industries culturelles et créatives. Le dernier volet s’attache à la protection des intérêts économiques des créateurs culturels et créatifs.

«C’est dans ce cadre que l’UE prendra les décisions les plus pertinentes en matière de financements», déclare le chef de coopération à la délégation de l’UE à Yaoundé. «L’Afrique centrale en général et le Cameroun en particulier disposent d’un vaste potentiel encore insuffisamment exploité dans les domaines de la culture et de la création. Le développement du secteur informel représente, entre autres, une marge de croissance très importante qu’il faut exploiter», souligne Jérôme Pons.

Ongoung Zong Bella

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *