Golfe de Guinée: appel à une approche à long terme pour éliminer la piraterie

Une « approche holistique et à long terme » est nécessaire pour s’attaquer aux causes profondes de la menace représentée par la piraterie et les vols à main armée dans le golfe de Guinée et pour éliminer efficacement ce phénomène, a déclaré mardi une responsable des Nations unies.

Les cas de piraterie et de vols à main armée dans le golfe de Guinée continuent à diminuer, a indiqué la sous-secrétaire générale l’ONU pour l’Afrique, Martha Ama Akyaa Pobee, lors d’une réunion du Conseil de sécurité, tout en présentant un rapport du secrétaire général de l’ONU sur la situation en matière de piraterie dans la région.

Le rapport a signalé des développements positifs, le nombre de cas de piraterie et de vols à main armée dans le golfe de Guinée étant passé de 123 en 2020 à 45 en 2021. La tendance s’est poursuivie en 2022, avec un total de 16 incidents de criminalité maritime enregistrés entre janvier et juin.

Cependant, Mme Pobee a souligné qu’il était encore trop tôt pour tirer des conclusions définitives sur cette baisse.

Les pirates s’adaptent rapidement à l’évolution de la situation tant en mer que dans les zones côtières. La diminution récente des cas de piraterie peut être en partie attribuable à la réorientation des réseaux criminels vers d’autres formes de criminalité maritime et fluviale, comme le vol et la revente de pétrole, une activité qu’ils considèrent probablement comme à la fois moins risquée et plus rentable, a-t-elle indiqué.

Mme Pobee a appelé à davantage d’efforts pour créer un environnement maritime stable et sécurisé dans le golfe de Guinée.

Elle a souligné que pour éradiquer efficacement la piraterie dans la région, les acteurs nationaux, les structures régionales et la communauté internationale devaient travailler en étroite collaboration pour éradiquer les problèmes sociaux, économiques et environnementaux qui permettent le recrutement de nouveaux individus par les réseaux de criminalité maritime.

« Cela nécessite une approche holistique et à long terme, conforme aux Objectifs de développement durable et à l’Agenda 2030, dans le but de lutter contre la pauvreté, le manque de moyens de subsistance alternatifs, le chômage et le sous-emploi des jeunes », a-t-elle déclaré.

Xinhua

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *