Gaston Eloundou Essomba : « les barrages de Memve’ele et Mekin seront mis en service en 2019 »

Le ministre de l’Eau et de l’Energie l’a confirmé Lors de la conférence annuelle des responsables des services centraux et déconcentrés de son département ministériel. Extrait de son propos du 24 janvier.

 

 

« […] Nous inspirant de la vision du Président de la République, Son Excellence Paul BIYA, extraite de son discours de prestation de serment le 06 novembre 2018, je cite :

« D’une façon générale au cours du septennat qui s’annonce, nous veillerons à consolider nos acquis, tout en explorant les pistes nouvelles nous permettant de saisir toutes les opportunités d’un monde en constante évolution. », fin de citation.

Au regard de ce cap qui est clairement défini, le Ministère de l’Eau et l’Energie doit capitaliser les performances et avancées enregistrées au cours de l’année 2018, et d’en tirer toutes les leçons des manquements constatés pour mieux se projeter cette année.

En effet, notre feuille de route 2018, analysée à travers nos différents Programmes, a enregistré des réalisations concrètes et impactantes, qui constituent une base solide pour améliorer qualitativement le service public de l’eau et de l’énergie tant pour les ménages que pour les industries.

Le CHEF DE L’ETAT, lors de son adresse à la nation du 31 décembre dernier, disait je cite « … nous continuerons à améliorer encore plus l’accès à l’eau potable et à l’électricité, y compris dans les zones rurales », fin de citation.

Vous l’auriez compris, c’est dans ce contexte que se tient la présente Conférence dont  le thème central est : « Amélioration de la qualité du service public de l’eau et de l’énergie : enjeux et défis ». Ce thème est évocateur car il nous permet de faire le bilan de la mise en œuvre des objectifs fixés, mais surtout de nous projeter dans le futur, afin d’associer à la quantité, la qualité.

Il s’agit concrètement pour nous pendant ce conclave, d’évaluer nos actions et nos procédures, de partager les feed-back des usagers de notre administration, de questionner notre attitude professionnelle et notre rapport à la déontologie, en vue d’une amélioration palpable de la qualité des services publics d’eau et d’énergie, afin d’apporter une contribution remarquable à l’émergence de notre cher pays à l’horizon 2035.

Rappelons-nous toujours que le Ministère de l’Eau et de l’Energie a, conformément aux textes en vigueur, la responsabilité principale d’élaborer et d’exécuter la politique du Gouvernement dans le domaine de l’Eau et de l’Energie.

Ce domaine, dois-je le souligner, a des tentacules dans tous les pans de la vie sociale (santé, sécurité, agriculture, éducation, économie…etc.). Cela va sans dire que de nombreux défis nous interpellent et nous devrions pouvoir les relever.

 

Ces moments de réflexion et d’échanges entre acteurs du sous-secteur eau et énergie devront nous emmener à nous interroger sur la qualité du service public d’eau et d’énergie. Ce questionnement induit inéluctablement celui de la perception que les populations ont des services que nous leur fournissons.

Il est indéniable que des avancées significatives dans nos actions permettent de croire que nous améliorons quotidiennement la vie de nos populations mais il est aussi vrai que les plaintes persistent.

Dès lors, nous devons au cours de cette rencontre trouver des stratégies appropriées en vue d’améliorer efficacement le service public de l’eau et de l’énergie dans notre pays. Il s’agira de focaliser les échanges dans les ateliers sur la recherche des méthodes les plus efficaces à développer pour atteindre cet objectif.

Pour cela les problématiques ci-après devraient être abordées :

1-l’intensification du contrôle de la qualité du service public d’électricité et d’eau à travers les missions  de veille permanente mises en place au MINEE pour réduire les périodes d’interruptions observées dans certaines parties du pays ;

2-le suivi des projets et travaux des infrastructures d’eau et d’énergie ;

3-la mise en service en 2019 des nouveaux ouvrages de production d’énergie de Memve’ele et Mekin,

4-le suivi des autres projets d’infrastructures de production et de transport d’eau et d’énergie en cours de construction ;

5-l’accompagnement des collectivités territoriales décentralisées dans le cadre de la décentralisation ;

6-les approches innovantes pour l’entretien des infrastructures d’eau et d’énergie  déjà en service;

7-l’appropriation des nouvelles réformes dans l’exécution du budget.

En ce qui concerne particulièrement le service public de l’Eau et de l’Assainissement, nous recevons encore des plaintes sur la qualité du service fourni, je vous invite par conséquent à approfondir votre réflexion pour faire des propositions en vue de l’amélioration de la qualité du service de fourniture d’eau potable, car comme le dit l’adage «  l’eau c’est la vie ».

Pour ce qui est de l’électricité, la meilleure qualité du service public passera par la réduction sensible du nombre mais aussi du temps de coupure. Pour cela j’attends de vous des propositions d’indicateurs fiables pour permettre aux concessionnaires ENEO et SONATREL de travailler dans ce sens conformément aux contrats qui les lient à l’Etat.

Je me réjouis dores et déjà des résultats issus de la plateforme mise sur pied qui nous permet déjà d’apprécier la fréquence des coupures et d’y apporter des solutions idoines.

Nous sommes conscients que les moyens mis à votre disposition pour assurer le fonctionnement de vos structures, pour vous acquitter efficacement de vos missions, restent insuffisants. Nous savons que les conditions et les divers équipements de travail ne sont pas des plus idoines. Mais, nous essayerons d’y remédier, dans la mesure de nos moyens.

A moyen terme, il sera question de doter les services déconcentrés des moyens de déplacement adéquats pour assurer un suivi efficace des projets, de doter toutes les structures (Services centraux et Services déconcentrés) d’un cadre de travail à la mesure des attentes placées en notre Département ministériel.

Je voudrais donc vous encourager à redoubler d’efforts dans vos différentes missions et féliciter toute la chaîne notamment les Délégués Régionaux, les Délégués Départementaux,  ainsi que la coordination au niveau central pour tout ce qui a déjà été fait.

Au terme de nos travaux, les conclusions de nos échanges seront d’application immédiate dans le but d’améliorer nos performances.

À cet effet, et à l’issue des échanges fructueux et constructifs que vous entamerez dans cette enceinte,

j’attends de vous des solutions durables pour la poursuite du Développement de notre sous-secteur.

Je ne saurais clore mon propos sans  vous recommander, sous la coordination du Secrétaire Général, d’aller à l’essentiel pendant cette réflexion au cours de laquelle nous attendons un canevas d’actions concrètes, susceptibles de transformer qualitativement le quotidien des populations camerounaises.

Il ne me reste plus qu’à déclarer ouverte la conférence annuelle 2019 des responsables des services centraux et déconcentres du Ministère de l’Eau et de l’Energie autour de la question centrale: « Amélioration de la qualité du service public de l’eau et de l’énergie : enjeux et défis ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *