Frederica Mogherini

Du haut de ses fonctions de haute représentante de l’Union européenne (UE) pour les affaires étrangères, l’Italienne s’est, une fois encore, prononcée sur deux sujets qui meublent l’actualité sociopolitique du Cameroun ces derniers temps. Il s’agit de la crise anglophone et de la gestion de l’affaire Kamto par les autorités de Yaoundé. Dans sa sortie du 5 mars dernier, le chef de la diplomatie européenne a dévoilé la position de l’UE relativement au premier thème. Selon elle, Bruxelles déplore la «persistance de la violence et des violations des droits de l’Homme dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest du Cameroun ». Tout comme « le nombre inacceptable de victimes et un impact lourd en termes humanitaire et économique ». Pour le second thème, l’ex-ministre italienne des Affaires étrangères souhaite « une justice équitable et la libération des détenus à l’encontre desquels des preuves probantes ne peuvent être présentées ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *