Fotrac, une passerelle vers le libre-échange

Les discours prononcés lors de l’ouverture de la Foire transfrontalière d’Afrique centrale – Cemac (Fotrac) ont laissé entendre un hymne à la mise en place d’un cadre d’ouverture d’intensification des échanges entre les pays africains.

Les officiels lors de la cérémonie de lancement

En foulant le sol de Kyé-Ossi ce 27 juin 2019, très peu de personnes s’attendaient à un cours de géographie économique. Bien nombreux étaient ceux qui voyaient en la Fotrac l’occasion de vendre et d’acheter des articles et denrées à des prix relativement bas. Pour la 10e édition de cette grand-messe commerciale d’Afrique centrale, le comité d’organisation s’est plutôt forgé un autre magistère, « question de mouler les esprits à une actualité encore plus ou moins bien assimilée », selon le mot de Danielle Nlate.

À l’épreuve du décryptage, il s’avère que la présidente du Réseau des femmes actives de la Cemac (Refac) parle bien de la Zone de libre-échange continentale (Zlec), projet phare de l’Union africaine (UA), entrée en vigueur en fin mai dernier.«C’est une bonne nouvelle pour tous les pays africains en quête d’une émancipation économique vitale», se réjouit Danielle Nlate. Elle ajoute : «En tant qu’institution, la Fotrac, plus que jamais, accompagne l’idée. Grâce à la Fotrac, il y a des possibilités de réseautage offertes par une plateforme commerciale rassemblant tous les acteurs du continent ; on a par exemple des exposants venus du Maroc et du Bénin».

«Nous assistons aujourd’hui au début d’un parcours historique d’une grande importance. En effet, par cet acte, nous pouvons être indépendants économiquement, en cinq ou dix ans, en transformant nos propres ressources avec la qualité souhaitée. Nous pourrons ainsi approvisionner les marchés régionaux du berceau de l’humanité», avance Auguste Mbappè Penda, directeur général du Conseil national des chargeurs du Cameroun, présent aux avant-postes en tant que partenaire officiel.

Un projet propre
Et aux officiels de lui emboîter le pas. Pour Alain Didier Bikoro Eneme, le maire de Kyé-Ossi, «la Fotrac est un projet propre auquel les peuples de la Cemac doivent se subordonner. Elle se veut un plaidoyer pour la mise en œuvre effective de la Zlec». Pastora Ntutum Santalices, la vice-ministre équato-guinéenne des Affaires sociales et de l’Égalité des genres, «l’impulsion donnée par la Fotrac pour approfondir l’intégration économique et stimuler les échanges au sein de la sous-région est une belle passerelle vers les pays de la Cemac engagés dans la Zlec ; depuis 10 ans, elle stimule les échanges commerciaux et configure l’ouverture du marché. Par ailleurs, à plus ou moins long terme, la Fotrac va contribuer au développement et à la lutte contre la pauvreté». De l’avis du membre du gouvernement équato-guinéen, «indépendamment d’éventuels dégâts collatéraux, la Fotrac défend l’idée que nous serons tous gagnants».

Pour sa part, Félix Nguele Nguele démontre que «l’initiative portée par le Refac constitue une avancée majeure en matière de commerce intra-africain et de l’investissement transfrontalier». À en croire le gouverneur de la région du Sud-Cameroun, «elle participe à l’intensification des efforts afin de revitaliser le libre-échange et d’optimiser l’environnement des investissements. Le but est d’injecter une plus forte dynamique dans l’économie sous-régionale».

Dans l’intervention de l’administrateur civil, il est relevé que certains pays de la Cemac voient la Fotrac autrement. «Ils concentrent le débat généralement sur les gains que le Cameroun pourrait en tirer», dit-il. Comme pressé de remettre les pendules à l’heure, Félix Nguele Nguele conclut: «la Fotrac est juste un visage de ce qu’est le libre-échange. Elle génère des effets économiques favorables pour les consommateurs et les producteurs de la sous-région. Il est plus logique de dire que cette foire donne une impulsion à l’intégration régionale en Afrique».

Jean-René Meva’a Amougou, envoyé spécial à Kyé-Ossi.

Le «one man show» équato-guinéen à Kye-Ossi

Sur le site de lancement officiel de la 10e édition de la Fotrac, la posture de l’impressionnante délégation venue de Malabo a pris les contours d’une démonstration de force.

Pastora Ntutum Santalices pendant son allocution

Un éclat de rire devant une foule de militants du PDGE (Parti démocratique de Guinée Équatoriale) surchauffés. Pour sa prise de parole sur le site du lancement officiel de la 10e édition de la Foire transfrontalière de la Cemac (Fotrac), Pastora Ntutum Santalices s’est laissé acclamer, remerciant de la tête les « Ministro de Obiang » lancés par les Équato-Guinéens. Et puis, dans une scénographie très soignée, la vice-ministre des Affaires sociales et de l’Égalité des genres s’est présentée devant les sympathisants du PDGE pour leur dire, en le répétant plusieurs fois, « Guinea Equatorialante todo » (Guinée Équatoriale avant tout). Dans les parkings, un impressionnant nombre de véhicules. 28 au total, tous de grosses cylindrées. Pour cette seule occasion aussi, la RTGE fait un direct à partir de Kyé-Ossi. En marge de la visite des stands, une interview-fleuve est accordée à Marcos Mba Ondo, le rédacteur en chef de la radiotélévision publique équato-guinéenne.

Le schéma du discours accroche par le déroulé des arguments et des messages indirects aux Camerounais. Quinze minutes exactement. Premièrement, il s’est agi de défendre le bilan de son pays en matière de promotion de l’intégration sous-régionale. Deuxièmement, il a livré la vision de la Guinée Équatoriale par rapport à l’organisation de la Fotrac. Au menu : une langue agrémentée de punchlines. Un programme concret et pragmatique. Effet de proximité garantie, avec une obsession manifeste : dire tout haut ce qu’une majorité silencieuse pense tout bas. L’idée : saturer la scène, marquer les esprits autant que reprendre la main sur le sujet de la construction d’un mur entre Kyé-Ossi et Ebebiyin.

En ce qui concerne la libre-circulation, «notre pays est ouvert !» martèle l’Équato-Guinéenne. Que des analystes aient essayé de faire croire à l’opinion publique sous-régionale que le pays d’Obiang Nguema est inaccessible, Pastora Ntutum Santalices dit être venue renverser la fable : « c’est une fable largement déconstruite aujourd’hui ». Dans une démonstration qu’elle accepte publiquement d’assumer, «Señora ministra» pense que l’intégration est sur la bonne voie. À la chute, une nuance : chaque pays de la Cemac tient sa part de marché, et fait la retape auprès de ses fidèles consommateurs. «C’est la politique des boutiquiers. On ne devrait pas l’ignorer, cette politique est toujours là partout en Afrique centrale».

Au chapitre de l’organisation de la Fotrac, Pastora Ntutum Santalices valide que « c’est une bonne idée pour apprendre la citoyenneté communautaire ». La suite est plus directe : « organiser la Fotrac en Guinée Équatoriale permettra aux uns et aux autres de se connecter au plus près de nous et cela nous aidera à gagner aussi, comme ça rapporte au Cameroun ».

Jean René Meva’a Amougou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *