Fotrac 2018: Place à l’interrégionalisme par le bas

La 9ème édition de la Foire transfrontalière de la Cemac (Fotrac), ouverte le 29 juin à Kye Ossi, fait cohabiter des exposants venus de 10 pays appartenant aux communautés économiques régionales d’Afrique centrale et d’Afrique de l’Ouest. Une interconnexion socioéconomique qui a pour objectif de prôner le vivre ensemble régional et interrégional.

 

Les autorités à la cérémonie d’ouverture de la Fotrac 2018.

Sous le ciel ensoleillé de Kye Ossi, la foule d’exposants invités et visiteurs prend le thermomètre des ambitions de la 9ème édition de la Foire Transfrontalière de la Cemac (Fotrac).Axée sur les échanges entre les commerçants, elle promeut la mise en réseau des exposants (institutions, commerçants, artisans).L’objectif est de créer des corridors d’échanges (commerce et expérience). Pour le ministère camerounais du Commerce (Mincommerce), parrain de la foire, la Fotrac est «un rendez-vous du donner et du recevoir où les valeurs des terroirs s’expriment, lient et rassemblent».

Venus nombreux, les participants bravent le soleil pour tendre une oreille attentive aux allocutions successives. Benjamin Ambela, jeune leader déclare à cet effet «il est difficile pour nous, jeunes leaders et entrepreneurs, de tourner le dos à cette dynamique. Elle nous permet de comprendre les subtilités de l’intégration. Simplement, on a l’impression de lever les barrières et les obstacles à la libre circulation».D’où l’appel de la chef de la délégation des exposants gabonais: «la Fotrac est un espace d’expression qui doit être mieux entendue». Et Véronique Mpirah d’ajouter: «En venant à KyeOssi, nous avons choisi un thème qui va guider notre activité.

Il s’intitule pour une intégration sous-régionale dynamique. Nous sommes la base et nous portons avec nous le thermomètre de nos sociétés. L’intégration ne devrait plus être un slogan. Mais une réalité vécue». La compréhension de cette exhortation est encore plus aisée lorsque, dans son allocution, Danielle Nlate, commissaire de la Foire annonce: «la délégation tchadienne est en route. Elle a rencontré les problèmes que nous connaissons tous sur nos corridors. Nous avons bon espoir qu’elle arrivera dans les prochaines heures».

Des défis

Pour le parrain de la Fotrac, la Foire est un atout d’intégration certain. Achille Bassilekin, secrétaire général du Mincommerce formule même des jets de suggestions pour que la Fotrac produise davantage de valeur ajoutée. «Nous avons le défi d’intéresser les grands acteurs commerciaux de nos corridors. Dans le contexte de la mise en œuvre de l’accord de libre-échange continental (Alec), la Fotrac peut constituer le panier dans lequel nous déposons toutes nos emplettes. Ensemble, nous les valoriserons mieux pour le seul bien être de nos populations». Bassilekin exprime le souhait de voir la foire englober le segment complet de l’Afrique centrale.

Il dit espérer qu’«avec le processus de rationalisation des communautés économique régionale de l’Afrique centrale, nous avons bon espoir que la foire pourra déjà investir l’Afrique centrale géographique». C’est d’ailleurs l’objectif de la Fotrac. «Avec la zone de libre-échange continentale (Zlec), nous pensons pouvoir accueillir d’autres frères et sœurs des régions voisines. Pour ce faire, nous savons que nous pouvons toujours compter sur votre mobilisation et votre soutien. La tâche est difficile. Nous trimons au quotidien. Mais réussissons toujours à joindre les bouts les plus essentiels», indique Danielle Nlate.

Nouveautés

Cette édition de la Fotrac est la toute première à rassembler 10 nationalités (voir ci-dessous). La 9ème édition de la Fotrac est également l’unique où une série de formation est proposée aux jeunes et aux femmes du département de la vallée du Ntem en général et de l’arrondissement de Kye Ossi en particulier. L’association française AEPS entretiendra les jeunes sur la fabrication des maisons à partir du bois sculpté et des matériaux provisoires. Le Comité inter-Etat des pesticides va successivement sensibiliser puis former les femmes et les paysans dans la manipulation des pesticides.

Zacharie Roger Mbarga, envoyé spécial à Kye Ossi.

Echanges de valeurs 

L’appoint des délégations étrangères

Sénégalais, Maliens, Béninois, Togolais, Sierra Léonais, Ghanéens et Marocains donnent du périmètre à cette foire que les 6 pays de la Cemac ont une fois de plus honoré.

Une vue de la tribune officielle lors de la cérémonie d’ouverture.

Lors de son mot introductif, Danielle Nlate dessine l’esprit du déploiement des délégations étrangères. Elle l’exprime en ces mots «un proverbe africain dit, l’enfant nait de ses parents mais appartient à tout le village. L’Afrique devrait être un seul pays. C’est le vœu des pères fondateurs. La Fotrac se situe désormais sur cette lancée». Pour se convaincre de cela, on verra qu’il y a une mixture des exposants. Pour le Réseau des Femmes Actives de la Cemac (Refac), cette matérialisation permet une imbrication des valeurs. A savoir : expériences commerciales, mets traditionnels, us et coutumes…

Afrique centrale

Cette édition, le Gabon est le pays à l’honneur ! D’où le déploiement observé. La délégation du pays d’Ali Bongo Ondimba donne fière allure. A travers des drapeaux et des coutures aux motifs traditionnels, le stand de la délégation gabonaise du Refac attire les curiosités.Dès l’accueil, un écriteau vous accueille. Il rappelle la devise du RefacGabon lors de cette 9ème édition de la Fotrac «pour une intégration sous régionale dynamique». Des lots sont également à gagner à travers un jeu concours sur le découpage territorial du Gabon. Ceci afin de familiariser les visiteurs aux agglomérations du dernier pays organisateur de la dernière Coupe d’Afrique des nations. On peut également retrouver le poisson fumé du Gabon.

La Cemac est aussi présente à travers le Tchad, le Congo et la Guinée équatoriale et le Cameroun le pays hôte. Un peu moins visible certes, mais tous aussi impliqués. Les liqueurs de Guinée équatoriale, les vêtements du Congo, les bijoux du Tchad sont tous exposés.Les différents pays vont concourir pour la Miss Intégration Cemac 2018. Les délégations trépignent d’impatience. Le marketing des candidates est activé. Il se distille un parfum de rivalité sur cette couronne.

Afrique de l’ouest

Le mot qui définirait bien les ouest africains est «tradition». Entre pharmacopée coutumière et coutures au design ancestral, les Ouest-africains exposent les valeurs des leurs pays profonds. Des valeurs qui finissent par laisser une marque indélébile. Collant l’image de leur pays à celle des produits exposés. C’est le cas de ThinorNdiaye. Cette sénégalaise expose des vêtements et bijoux féminins. Pour elle «la foire a été difficile les premiers jours du fait des intempéries. J’ai bon espoir que les prochains jours seront les meilleurs».AdalinKpon Christian, exposant béninois offre des huiles essentiels à base de plantes médicinales de son pays. Les vertus thérapeutiques étant authentifiées par des laboratoires nationaux et régionaux d’Afrique de l’ouest.

Echanges

Le Maroc, pays d’Afrique de l’Ouest et probable pays membre de la Cedeao, est également de la foire. Au travers de l’entreprise Mauresque Sarl spécialisé dans le textile et habillement. M. Medhi en est le responsable. «Nous sommes là pour découvrir la foire et le Cameroun. Y apporter un peu de magie avec des produits finement conçu. L’élégance est une nécessité au Maroc comme au Cameroun. Nous pouvons régler ce problème», assure-t-il.

Les exposants des différentes nationalités ont la possibilité de procéder au troc pour acquérir les produits de leurs compairs. Il suffit que la valeur soit identique. Des échanges sont prévus entre exposants qui proposent une spéculation identique.Plus important, les exposants ont la possibilité de partager les expériences. En matière d’entreprenariat, deréseautage en affaires et de libre circulation.

Zacharie Roger Mbarga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *