Fonctionnaires fictifs : Dynamique citoyenne roule pour le châtiment public

L’ONG appelle le gouvernement à la mise aux arrêts des personnes débusquées au terme de l’opération de comptage physique du personnel de l’État.

Jamais l’on n’avait vu un Jean Marc Bikoko particulièrement amer sur une actualité que cet après-midi du 16 août 2019. En conférence de presse ce jour-là, le point focal national de l’ONG Dynamique citoyenne (DC) est encore dans son rôle affectionné de porte-flingue. Cette fois-ci, il décrypte le verdict de la deuxième phase de comptage physique du personnel de l’État (Coppe), rendu public fin juillet dernier par le ministère des Finances (Minfi).

Pour le président confédéral de la Centrale syndicale du secteur public (CSP), «le gouvernement doit publier les listes des faux agents». «Le sceau du secret doit être levé, afin que nul n’en ignore !», ajoute-t-il. C’est la première étape. Schématisant la seconde, Jean Marc Bikoko la réduit à une «opération d’arrestation des personnes incriminées». La dernière étape, selon lui, pourrait alors se décliner en «procès publics desdites personnes pour détournements de fonds publics et d’abus de biens nationaux, recel de détournement de fonds publics et manquement aux obligations déclaratives».

Tout en reconnaissant que les différentes étapes du Coppe ont joué un rôle significatif dans la désagrégation des socles du faux au sein du fichier solde de l’État, l’orateur remet en cause les chiffres du Minfi. Sur la foi des enquêtes menées par DC, «il y a plus de 10 000 fonctionnaires fictifs». Seulement, exhorte-t-il, les 30 milliards FCFA d’économies brandis par le Minfi doivent être redistribués aux agents publics qui travaillent réellement, «par le biais d’une procédure adossée sur des principes de justice sociale». Sur le vif, Jean Marc Bikoko estime que le gouvernement ne doit pas s’extraire du débat sur la revalorisation des salaires, «impitoyablement charcutés à hauteur de 70 % depuis 2014».

Jean-René Meva’a Amougou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *