Le Fmi se prononce sur les politiques communes de la Cemac

Lors de sa session du 24 juin 2019,le Conseil d’Administration du Fmi a examiné les politiques communes de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) en appui aux programmes de réformes des Etats membres.

A cette occasion, le Conseil d’Administration s’est félicité de la stabilisation des conditions économiques au sein de la Cemac, caractérisée par un rebond de la croissance régionale, une position budgétaire globale de la région proche de t’équilibre et une accumulation des réserves extérieures au-delà des attentes. I-e Conseil d’administration a également pris note de la création récente d’un groupe consultatif tripartite, intégrant les autorités nationales, les institutions sous-régionales et les services du Fmi, chargé d’examiner les vulnérabilités émergentes et d’échanger sur des mesures appropriées le cas échéant. En outre, le Conseil d’administration a noté les avancées enregistrées dans la mise en œuvre des réformes par les institutions communautaires. A cet égard, il s’est satisfait de I ‘accomplissement, par la BEAC et la COBAC, des mesures annoncées dans leur Lettre supplémentaire de décembre 2018. En particulier, il a encouragé la BEAC pour les progrès accomplis dans la réforme de son cadre de politique monétaire.

Par ailleurs, le Conseil d’administration a apporté son soutien à la mise en œuvre par la BEAC de la nouvelle réglementation des changes qui devrait, au demeurant, bénéficier d’un soutien sans faille des Autorités nationales. En ce qui conceme la Commission Bancaire, le Conseil d’administration a exprimé sa satisfaction quant à I ‘adoption par cet organe de son plan stratégique (2019-2021), dont l’objectif est de mettre progressivement en place une supervision plus efficace basée sur les risques

Quant à la Commission de la CEMAC, le Conseil d’administration s’est félicité des progrès enregistrés dans le renforcement de son cadre de surveillance multilatérale, au travers notamment des projets visant à établir un système de prévention accompagné d’un régime de sanctions contraignant en cas de violation des règles de surveillance régionale.

Au titre des défis restant à relever, le Conseil d’administration a souligné la détermination de la BEAC à mettre intégralement en œuvre les mesures contenues dans la Lettre supplémentaire de juin 2019. En particulier, il a pris note de I ‘engagement de l’Institut d’émission d’appliquer une politique monétaire adéquatement calibrée, visant principalement à reconstituer un niveau satisfaisant de réserves de change. Il I’a exhortée à poursuivre la mise en œuvre des mécanismes de gestion de la liquidité, avec le double objectif d’améliorer la transmission de [a politique monétaire et de prévenir les tensions inflationnistes.

Le Conseil d’administration a encouragé l’organe de supervision bancaire à poursuivre l’œuvre de recherche et d’application des solutions pratiques pour I ‘accélération du processus de résolution des banques en difficulté.

S’agissant enfin des États membres de la Cemac, le Conseil d’administration du Fmi a rappelé l’exigence de la poursuite résolue des programmes-pays, pour une amélioration durable de la situation économique et financière de la Cemac et le renforcement continu de la position extérieure de la Sous-région. Il a aussi incité à la levée d’obstacles au développement, notamment la quête d’une croissance diversifiée et inclusive, la création des espaces budgétaires nécessaires aux dépenses sociales et de développement et I ‘amélioration de la gouvernance et du climat des alliaires./-

Yaoundé, le 02 juillet 2019 

Le Gouverneur, Abbas Ma Amat Tolli

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *