ENTREPRISEPANORAMA

Financement des PME agropstorale : l’agribanking pour booster les chaines de valeurs

Cette solution que propose La Régionale Bank a été dévoilée lors d’une conférence-débat tenue à Yaoundé le 22 février dernier.

Parmi les problèmes majeurs que rencontrent les petites et moyennes entreprises (PME) du secteur agropastoral au Cameroun, se trouve celui du financement. C’est ce qu’ont rappelé Denis Koutou Koulagna, Joseph Tiebou et le révérend pasteur Charles Rolling Obang Ekath, respectivement directeur général de la SODEPA (société de développement et d’exploitation des productions animales), sous-directeur de l’organisation des formations à la Capef (Chambre d’Agriculture d’Élevage des Pêches de l’Élevage et des Forêts du Cameroun), Managing director de La Régionale Bank. C’était le, 22 février dernier au Salon international des affaires de Yaoundé (PROMOTE), lors d’une conférence-débat portant sur le «financement bancaire des activités agropastorales au Cameroun».

En qualité de spécialiste du financement agropastoral, le révérend pasteur Rollin a dévoilé les défauts des précédents modèles appliqués par les banques au Cameroun. «L’erreur qu’on faisait c’était de penser qu’on pouvait financer l’agriculture comme on finance le commerce. Non ! L’agriculture est spécifique», martèle le banquier.

À ce problème, La Régionale Bank propose l’agribanking. Il s’agit d’une solution bancaire flexible adaptée aux réalités des entrepreneurs du secteur agropastoral. De plus elle tient compte de tous les acteurs d’une chaine de valeur, des petits producteurs de matière première aux grandes entreprises. Ce qui, apprend-on, permet de limiter les risques dans le financement. «Pour la première fois, vous allez trouver une agence bancaire qui vous parle d’agriculture, d’élevage de pisciculture. Les gestionnaires bancaires qui s’y trouvent sont des agriculteurs qu’on a formés… Nous avons déjà sur le terrain des produits d’épargne, des produits de crédit. Nous avons des comptes bancaires agropastoraux. C’est-à-dire que c’est des comptes spécifiques avec des conditionnalités spécifiques et qui sont en rapport avec des projets que vous devez avoir», a indiqué l’un des précurseurs de la micro finance au Cameroun.

Joseph Julien Ondoua Owona

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *