Fichier solde de l’Etat : Des bons de caisse piégés dès ce mois

Etalée entre le 26 octobre 2018 et le 4 janvier 2019, l’opération dite du précontentieux impose de conditions plus drastiques pour rétrécir la marge de manœuvre des agents fictifs.

Louis Paul Motaze : en finir avec les fonctionnaires fictifs

On n’a pas fini de parler de l’opération de Comptage physique des personnels de l’Etat (COPPE). Menée entre avril et juin 2018, l’initiative que pilote Louis-Paul Motaze entre dans une seconde phase. Dans un communiqué publié le 19 octobre dernier, le ministre des Finances (Minfi) parle de «la phase du précontentieux». Celle-ci, annonce le document, débute le 26 octobre 2018 et s’achève le 4 janvier de l’année prochaine. Soit un peu plus de deux mois pour «clarifier la situation des agents publics non recensés, ainsi que ceux dont le recensement a été invalidé à l’issue de l’exploitation des différentes données collectées».

En clair, la phase que le Minfi lance dès la fin du mois en cours concerne deux catégories de personnels. «Les premiers visés sont ceux qui, pour une raison pertinente, n’ont pas pris part à l’opération de comptage physique. Les seconds sont ceux qui, pour une raison ou pour une autre, ont été recalés par nos systèmes», valide-t-on à la direction générale du Budget. Cela sur la base d’une hypothèse : quelques fonctionnaires ou agents de l’Etat peuvent être victimes d’une faute de l’administration.

Chausse-trappe
Pour contourner la situation, et éviter des grincements de dents tout en préservant les intérêts de l’Etat, un dispositif est mis sur pied, dans la perspective des opérations de paiements de salaires. A en croire, Louis-Paul Motaze, ceux des mois d’octobre, novembre et décembre 2018 desdits agents, se feront exclusivement par bon de caisse dans toutes les perceptions de Yaoundé, contre présentation d’un quitus.

Afin de faciliter l’obtention de ce «sésame», plusieurs postes de contrôle et d’orientation sont installés au sein du Minfi (Bâtiment A). Ils sont fonctionnels tous les jours ouvrables, de 7h 30 à 15h 30 au cours des périodes sus évoquées.
Le tout, apprend-on, c’est en prélude au contentieux pécuniaire dont la date du début n’est pas connue jusqu’ici. D’ores et déjà, l’on sait que le Minfi passera au peigne fin la rémunération des agents en termes de traitement de base et accessoires du salaire tels que les indemnités annexes et autres avantages.

Au terme de l’opération de comptage physique des agents de l’Etat camerounais au mois de juin dernier, 25 031 fonctionnaires présumés fictifs ont été démasqués, sur les 310 786 agents émargeant officiellement à la Fonction publique. Dans une interview qu’il accorde au quotidien Cameroon Tribune ce 22 octobre 2018, Cyrill Edou Alo’o, le directeur général du Budget, affirme que 285 092 dossiers ont été validés ; 4 621 autres ont subi un sort contraire. Toujours de ce haut cadre du Minfi, l’on apprend que le COPPE 2018 a permis de constater que 645 personnes décédées étaient encore prises en solde par le trésor public et 20 428 agents n’ont pas été recensés.

Jean-René Meva’a Amougou

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *