Fecafoot: liaison entre la défense et l’attaque

Publié le 27 août dernier à Douala, le communiqué final de l’Assemblée générale ordinaire de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) montre cette dernière en plein dans un schéma stratégique combinant autoprotection et offensives ciblées.

C’est un tissu organisé de cinq pages. L’ensemble qui vise à signifier le crépuscule d’une époque à la tour de Tsinga. Son titre: «communiqué final de l’Assemblée générale ordinaire de la session ordinaire de l’Assemblée générale Fecafoot tenue le 27 août 2022 à Douala». Le document a pour fonctionnalité de préparer l’opinion publique nationale et internationale à un «match qui va se jouer dans deux compartiments».

À l’observation, le premier est l’attaque. Celle-ci devra opérer dans une sorte de contemplation d’une apocalypse à venir, «à la suite de la présentation du rapport d’audit fait par le cabinet Moore Stephens». «Mandat est donné au président de la Fecafoot de rechercher à recouvrer toutes les créances et avoirs de la Fecafoot, et éventuellement d’engager des poursuites à l’encontre de toutes les personnes auteurs de malversations financières», annonce par exemple la résolution N°5. Et pour la suite, c’est l’intensité de la menace contenue dans la résolution N°7 qui fait encore peser une inquiétude d’une autre nature: «L’Assemblée générale, à l’unanimité, donne mandat au président de la Fecafoot à l’effet d’investiguer et éventuellement de dénoncer les personnes s’étant appropriées les exonérations douanières et fiscales obtenues par la Fecafoot auprès du Minfi à des fins personnelles».

Défendre ses intérêts
En faisant jouer la défense comme son second compartiment, la Fecafoot envisage d’entrer dans une logique faite d’une balance d’intérêt entre sa propre protection et les objectifs poursuivis par son président Samuel Eto’o, en l’occurrence, «la construction des stades et autres infrastructures immobilières» et la dissolution de la Ligue de Football Professionnel du Cameroun (LFPC). Ainsi les mesures prises à l’encontre de Tombi à Roko dans la résolution N°6 (par exemple) du communiqué final ne se comprennent que dans le contexte singulier d’actions envisagées ou en cours. C’est dans ce sens que se situe probablement la résolution N°13 portant validation de «la proposition d’augmentation des indemnités mensuelles des membres du Comité Exécutif». Animée par quelques contempteurs au milieu du terrain, une polémique est venue créer l’événement en attribuant à l’Assemblée générale de la Fecafoot l’adoption de «la révision à la hausse de la durée du mandat du président de la Fecafoot». Dans de nombreux commentaires, une certaine presse use d’un argument massue: «la volonté d’éternisation au pouvoir de Samuel Eto’o». En réaction, l’entourage de ce dernier ironise arguant que «l’Assemblée générale Fecafoot tenue le 27 août 2022 ait aménagé dans certains médias des cases où la désinformation est a priori soumise au pouvoir de l’argent et des pressions».

Jean-René Meva’a Amougou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *