Exploitation forestière: un certificat de conformité en vigueur en Afrique centrale

Le programme Pan African Forest Certification (Pafc) vient de délivrer son premier certificat de conformité.

Partenaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) en matière de gouvernance forestière, le Pafc octroie à l’Afrique centrale, à travers la Commission des forêts d’Afrique centrale (Comifac), une expertise en matière de normes et qualité dans la chaine de production-commercialisation des produits forestiers.

C’est l’entreprise Precious woods-ceb, dirigée par Frederic Ober, qui est la première société à obtenir le certificat Pafc. Ce parchemin atteste que l’entreprise récipiendaire a rempli les conditionnalités de bonne gestion forestière, de traçabilité des bois et autres produits forestiers. La certification Pafc atteste la labellisation des produits bois.

Selon le management du programme, le certificat Pafc offre à son détenteur l’accès sur le marché international, l’augmentation des avantages compétitifs et des bénéfices, l’accès aux marchés exigeants des produits certifiés, la traçabilité d’approvisionnement en bois, l’avantage compétitif par rapport aux entreprises non certifiées, entre autres.

Opérationnalisation

Le processus d’évaluation de la gestion forestière est mis en œuvre par des associations pays. Afin d’encourager le mécanisme, certains Etats comme le Gabon octroient des incitations fiscales aux entreprises de la filière bois qui reçoivent cette certification. Le Pafc se positionne comme le système de certification forestière qui intègre les valeurs et les réalités socio-culturelles et économiques de la gestion forestière en Afrique. Il est une jonction entre la gestion durable des forêts et l’adaptation à l’évolution des marchés internationaux de bois d’œuvre.

En foi de quoi il constitue une alternative au monopole des systèmes internationaux de certification forestière. Utilisant les déterminants (principes, critères et indicateurs) de gestion durable des forêts définis par l’OAB (Organisation africaine du bois) et l’OIBT (Organisation internationale des bois tropicaux), la démarche de certification Pafc s’inscrit dans une dynamique participative qui intègre producteurs, transformateurs, consommateurs, associations environnementales et associations d’usagers. L’évaluation est effectuée par des organismes indépendants accrédités par des tiers.

Zacharie Roger Mbarga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *