Excellence scolaire et académique : 211 apprenants primés à Galim

Près de 11 millions FCFA ont ainsi été distribués le 19 septembre dernier à l’initiative de l’autorité municipale.

Pour la 4ème édition de la Fête de l’excellence scolaire et universitaire à Galim, le Comité d’organisation a décidé de ratisser large. Cette année, ce sont au total 211 récipiendaires de cette localité du département du Bamboutos, dans la région de l’Ouest, qui ont ainsi pu bénéficier le 19 septembre dernier, d’une cagnotte s’élevant à exactement 10,65 millions FCFA. En effet, «48 doctorants, 83 bacheliers, 30 titulaires du BEPC/CAP et 50 détenteurs du CEP/FSLC», ont respectivement reçu, chacun en ce qui concerne son diplôme, «75 mille, 50 mille, 30 mille et 20 mille FCFA». C’était des mains du maire, Elie Saker Tshouongang, qui a présidé la cérémonie à l’esplanade de la place des fêtes de Galim, en présence de la communauté éducative.

Pour le magistrat municipal, l’initiative qui en est à sa 4ème année d’implémentation trouve toute sa pertinence dans le slogan retenu pour l’événement, à savoir : «Fais bien l’école aujourd’hui afin que demain, l’école te fasse du bien». A la vérité, Elie Saker Tshouongang fait tout simplement un pari sur la jeunesse du département du Bamboutos. Par cette action, le maire escompte «léguer à la nation camerounaise, une jeunesse bien formée et apte à relever les défis du développement», a-t-il fait savoir à ce sujet.

A sa suite, le président du Comité d’organisation de la Fête de l’excellence scolaire et universitaire à Galim a, quant à lui, insisté sur le contexte de l’événement. «L’édition, a souligné Daniel Pekouanko, arrive dans un contexte perturbé par la pandémie de Covid-19. Et c’est pour cela que nous avons porté notre choix sur les classes certificatives». Une posture, en somme, qui a justement permis au président national de la Jeunesse scolaire et estudiantine de Bamboutos (Jseb), de remercier le maire pour son initiative. «Nous nous sentons honorés et privilégiés de recevoir une telle aide qui nous permettra de financer nos études dans un environnement de paupérisation de l’écolier et du chercheur», a alors lancé en guise de mot de gratitude, Ricardo Tchio.

Mais d’autres défis restent encore à relever sur le terrain de l’éducation et de la formation. Et pour le faire savoir, Elie Saker Tshouongang a notamment fait part de sa déception quant à ce qui concerne «l’insuffisance du personnel enseignant dans l’arrondissement». A ce propos, le maire et homme d’affaires a précisément regretté «qu’en matière d’enseignement secondaire, on a un maître pour six salles de classes. Cela va sans dire que la formation des enfants sera bâclée et les résultats ne seront pas probants», a fini par conclure le bienfaiteur. Toutes choses qui ne l’ont toutefois pas empêché de remettre, dans la foulée, des permis de conduire « catégorie A », à 107 jeunes conducteurs de motos. Ces derniers avaient déjà bénéficié du soutien financier du maire pour les frais de formation et l’encadrement dans une autoécole. Ce 19 septembre, ils ont simplement été récompensés pour avoir passé avec brio, parmi 300 jeunes de la localité, les épreuves écrites et pratiques y relatives.

Théodore Ayissi Ayissi (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!